Profs de français en Algérie
Bonjour et bienvenue!
Si vous venez de vous inscrire, merci de vous présenter succinctement dans la section prévue à cet effet. (Section "Bienvenue à vous" en haut de la page d'accueil)
http://prof-de-francais.forumactif.com/f11-bienvenue-a-vous

Par égard aux collègues qui dépensent du temps pour garder vivant le présent site, veuillez avoir l'amabilité d'annoncer votre prénom et votre lieu d'exercice, ainsi que votre wilaya de résidence.

Merci!

PS: Sans un post de votre part, votre compte sera désactivé automatiquement au bout d'un mois.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest


la tricherie....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

la tricherie....

Message par Invité le Jeu 25 Juil - 2:08

La tricherie est la 2ème nature de la majorité des apprenants de nos jours

j'ai attrapé même des excellents trichent peut-être parce que le programme est chargé ou bien manque d'éducation dans leurs familles et surtout au collège .

le malheur leurs parents sont des musulmans et que notre religion l'interdit.

Que doit -on faire pour les empêcher???

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: la tricherie....

Message par abderrahmane 31 le Jeu 25 Juil - 15:39

L'envie « de se distinguer du commun de ses semblables n'est le plus souvent qu'une tricherie commise envers la société » (Fromentin).         
           « J'ai toujours eu le plus grand mal à maquiller la vérité. Même changer la couleur des cheveux me paraît une tricherie » (Gide).
          Voici deux citations qui nous montrent par quoi devrons- nous commencer pour éradiquer la tricherie. Si, à la maison, tout le monde triche à sa façon comment arrive-t-on à empêcher nos enfants de tricher à l'école ?
          Si ton fils sait que tu travailles au noir et tu touches plus qu'un salarié, comment pourras-tu l’empêcher de tricher en lui remettant des déclarations sur l'honneur attestant que vous êtes sans ressources uniquement pour bénéficier des 3000 DA et de la gratuité des livres.
          La tricherie circule, malheureusement, dans notre sang, c'est un constat amère je le sais mais je crois  qu'il a été dit que : nous vivrons une époque où le vrai croyant s'accrochera à son honnêteté pareil à celui qui tiendra une braise ardente dans la main.
          Donc si nous continuons à tricher c'est qu'on s'est débarrassé de la braise.

_________________
« On façonne les plantes par la culture, et les hommes par l'éducation » (Rousseau).
avatar
abderrahmane 31
Modérateur
Modérateur

Wilaya d'exercice : oran
Messages : 937
Date d'inscription : 12/05/2013
Localisation : oran

Revenir en haut Aller en bas

Re: la tricherie....

Message par Invité le Ven 26 Juil - 15:19

Les enfants de tous âges et même élèves au Collège peuvent se sentir contraint à un moment ou un autre à tricher sur un test ou une affectation. Cela peut sembler une solution facile pour l’étudiant, mais s’il est pris, les conséquences peuvent être graves. Voici quelques informations sur les conséquences de la triche à l’école.
Types
Il existe de nombreuses façons qui élèves trichent à l’école. La façon la plus courante est à la recherche au document de l’élève un autre au cours d’un examen. Certains élèves apportera à la triche « feuilles », qui contiennent des réponses aux questions d’examen ou de notes. Triche pas tous se déroule lors d’un test. Étudiants peuvent copier d’un ami lors de la rédaction d’un document ou de mettre sur pied un projet. Le plagiat est une autre forme de tricherie car l’étudiant est voler le travail d’une autre personne.
Caractéristiques
Les étudiants qui sont prendre à tricher à l’école primaire, intermédiaire ou élevé seront disciplinées différemment des étudiants du Collège. Dans ces cas, l’étudiant aura un « F » (ou « 0 ») sur l’affectation et de l’examen. Les parents de l’élève seront soit appelées ou une note sera envoyée la maison. L’enseignant pourra envoyer l’élève au Bureau du principal, selon la situation. La triche au Collège est une infraction plus grave. Dans la plupart universités, étudiants pris tricherie sera donnée un « F » pour le cours entier. Ils devront également se réunir devant un Conseil de discipline étudiant. Dans la plupart des cas, l’étudiant sera mise en probation académique pour une première infraction. Si ce même élève est prendre à tricher pendant son temps au Collège, il sera très probablement être expulsé.
Histoire
Il y a eu beaucoup d’histoires célèbres en ce qui concerne la triche à l’école. Acteur Samuel L. Jackson une fois admis à tricher pour gagner une élection à l’école secondaire. Dans sa biographie, acteur et réalisateur Woody Allen a été cité comme disant, « ai jeté hors de l’Université de New York ma première année. J’ai triché sur mes métaphysique final. J’ai regardé dans l’âme du garçon assis à côté de moi. » En 2004, un professeur de Collège d’Eton rejeté a déclaré qu’elle a aidé Prince Harry tricher aux examens. Ces demandes ont été rejetées par un tribunal, mais elle n’a gagné un règlement contre l’école au sujet de son contrat.
Idées fausses
Pas tous les étudiants qui sont prendre à tricher ne sont des gens malhonnêtes ou « mauvais enfants. » Même incroyablement brillants étudiants peuvent être tentés de tricher en raison du stress ou de problèmes dans leur vie personnelle. Pour cette raison, chaque cas de triche seront examinés différemment par l’école avant une punition est distribuée. À moins que le délit de tricherie est majeur, tels que les examens de voler et leur redistribution aux autres étudiants dans un but lucratif, un délinquant de première fois auront probablement une deuxième chance par une école ou une université.
Considérations
C’est le travail des parents et des enseignants pour s’assurer que les élèves connaissent les conséquences de la triche à l’école. Étudiants devraient être enseignées à un jeune âge que la tricherie est moralement mauvaise. Ils doivent bien savoir que si ils sont pris à tricher, ils seront sévèrement punis à l’école et à la maison. Certains collèges font les nouveaux étudiants signent un « contrat d’honneur » à qui l’élève promet de ne pas tricher sur toute cession ou examen. De cette façon, si l’élève est pris à tricher, il accepte que l’Université peut punir mais l’entend l’école. Un enseignant peut empêcher de tricher lors des examens par marcher tout simplement lors de l’examen. De cette façon, les étudiants avec les feuilles de triche ou de billets peuvent être immédiatement repérés. Enseignants peuvent aussi utiliser des détecteurs de plagiat Internet pour vérifier pour avoir triché sur les articles et essais. En s’assurant qu’étudiants ne peuvent s’en tirer avec la triche, l’incitation à tricher est enlevée.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: la tricherie....

Message par Invité le Ven 26 Juil - 15:25

les tricheurs sont les coupables et ils risquent d' avoir ce boulet à traîner toute leur scolarité , dans certains cas on peut leur interdire de passer des examens et donc d' obtenir des diplômes ; ce n' est pas le bon plan !
Tricher c'est se voler soi-même car il arrivera un moment où le tricheur ne pourra plus tricher. Il sera face avec lui-même (en particulier lors d'un oral).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: la tricherie....

Message par abderrahmane 31 le Sam 27 Juil - 11:06

Toujours dans le même sillage de la tricherie et du questionnement relatif au rôle des parents
 dans la bonne éducation de leurs enfants, voici un article tiré du journal " le quotidien d'Oran "' qui, on dirait, a voulu répondre à notre inquiétude professionnelle :


La guerre contre l'école se poursuit
par Abed Charef
Des parents manifestent avec leurs enfants qui ont triché au bac. Quelles valeurs veulent-ils leur transmettre et quelle société veulent-ils construire ?

Entre le Premier ministre Abdelmalek Sellal et son ministre de l'Education, M. Baba Ahmed, la concertation ne doit pas être de règle. Sinon, comment expliquer la cacophonie qui a entouré les sanctions décidées contre les fraudeurs au bac ? Dans cette affaire honteuse, le Premier ministre a fait preuve d'une incroyable légèreté, alors qu'il avait, pour une fois, toutes les cartes en main pour imposer l'autorité de l'Etat. Il avait la possibilité de faire preuve de la fermeté nécessaire, car il avait avec lui la loi, la morale et l'opinion publique. Pour une fois également, syndicats d'enseignants et administration ont fait bloc, pour défendre la crédibilité d'un examen, l'un des rares à garder, encore, une certaine crédibilité. Il pouvait même s'appuyer sur la fermeté des syndicats d'enseignants, unanimes, qui avaient demandé que la réglementation soit appliquée, de manière stricte. Il pouvait, tout aussi bien, laisser le ministre de l'Education gérer le dossier, M. Baba Ahmed ayant adopté, dès le départ, la ligne de conduite la plus cohérente. Se laissant aller à un populisme ambiant et à un laxisme qui laisse entendre qu'en Algérie, toutes les règles peuvent être violées, sans crainte, M. Sellal a déclaré que les sanctions pouvaient être révisées. Il intervenait au lendemain d'une manifestation organisée par des élèves et leurs parents, des parents qui appuyaient la triche et défendaient publiquement des enfants ayant fraudé. Ces élèves ont, certes, des droits, mais l'attitude de leurs parents est particulièrement grave. Elle montre
la déchéance morale d'une société, dans  laquelle parents et enfants se solidarisent pour tricher. Comme, dans d'autres domaines, déchéance morale d'une société, dans parents et proches s'organisent pour voler, détourner l'argent de l'Etat ou trafiquer les élections. Par son intervention, M Sellal a désavoué son ministre. De manière inutile, improductive. Il a aussi ouvert la voie à toutes les dérives. Car dans un examen, il y a des règles qu'on ne peut dépasser. Accepter le moindre glissement mène droit à la catastrophe. Lever les sanctions cette année, c'est justifier la fraude massive de l'année prochaine, puisque les élèves seront enclins à penser qu'il n'y aura pas de sanctions. Faut-il pour autant ne voir, dans l'attitude de M. Sellal, qu'une légèreté coupable ? Ou faudrait-il plutôt y voir une sorte de guerre contre l'école, menée en Algérie par différents acteurs, depuis de longues années déjà ? Ces parents qui demandent une sorte de reconnaissance du droit à la fraude, en inculquant à leurs propres enfants des valeurs aussi dégradantes, ont-ils innové ou bien se situent-ils simplement dans une longue tradition de destruction de l'école, une pratique banalisée en Algérie ? Quel acteur de la vie politique algérienne a pris soin de protéger l'école, et a réellement cherché à la faire avancer.
avatar
abderrahmane 31
Modérateur
Modérateur

Wilaya d'exercice : oran
Messages : 937
Date d'inscription : 12/05/2013
Localisation : oran

Revenir en haut Aller en bas

Re: la tricherie....

Message par abderrahmane 31 le Dim 28 Juil - 2:31

Donc si nous décortiquons cet extrait, nous ne nous poserons plus les questions sur la tricherie...alors, nous subissons en attendant quelqu'un de courageux qui pourrait apporter un air nouveau à ce secteur. Ce qu'il nous faut pas oublier, c'est que si notre secteur à un sauveur alors c'est tout un état qui sera sauvé.

_________________
« On façonne les plantes par la culture, et les hommes par l'éducation » (Rousseau).
avatar
abderrahmane 31
Modérateur
Modérateur

Wilaya d'exercice : oran
Messages : 937
Date d'inscription : 12/05/2013
Localisation : oran

Revenir en haut Aller en bas

Re: la tricherie....

Message par Invité le Dim 28 Juil - 22:55

Plusieurs jeunes cultivent «l’art» de la triche. Ils ne cessent d’inventer des techniques sophistiquées et infaillibles de fausses copies. Cela leur sert non seulement pour garantir de bonnes notes, mais aussi pour se faire un «fonds de commerce». Les astuces de triche aux examens se vendent comme des petits pains. Etat des lieux.

Tunis-Le Quotidien
Qu’elles soient classiques ou « up to date », les techniques de la triche ne manquent pas… Du téléphone portable au lecteur MP3 et MP4 en passant par les feuilles classiques, les astuces pour tricher ne manquent pas. Les « tricheurs » incorrigibles croient que la fin justifie les moyens ! Même si les enseignants et les professeurs sont avisés, les élèves arrivent tout de même à les leurrer en faisant preuve d’une grande créativité dans le domaine. Oui, les jeunes sont de plus en plus « inventifs » en matière de… triche ! Avant d’entrer dans la salle d’examen, certains élèves rechargent leur téléphone portable et celui de leur interlocuteur, à l’autre bout du fil, pour obtenir les réponses grâce au kit mains libres placé dans les oreilles et caché sous une casquette ou un bob… Chez d’autres, le lecteur MP3 remplace le cellulaire, la leçon y est enregistrée et il suffit d’appuyer sur une touche pour que l’engin leur récite la réponse. Pour d’autres, la triche reste toujours possible même sans gadgets. Ils fourrent un petit bout de papier avec une écriture en miniature dans un paquet de mouchoirs, sous le carton d’une trousse, sur la ceinture, sous ou sur les vêtements… Certains élèves avouent qu’ils recourent à la triche parce qu’ils ne trouvent pas le temps qu’il faut pour réviser. D’autres pensent que la rigueur ne donne plus les résultats espérés ! Selon eux, celui qui ne triche pas aura moins de chances pour réussir…
Jalel, 16 ans, ne triche pas dans toutes les matières. Le jeune homme est incapable d’apprendre par cœur. Il se contente donc de réviser les matières de base et triche pour le reste. «Je dois dire que presque tous les élèves trichent. Seulement quelques filles s’abstiennent, non pas parce qu’elles ne le veulent pas, mais parce qu’elles ont peur de se faire prendre la main dans le sac. Mais la majorité des garçons trichent et utilisent des fausses copies. Ce n’est plus un secret ! Il nous est impossible de réviser toutes les matières. Les cours sont longs. Les matières qui doivent être apprises par cœur nous prennent beaucoup de temps alors que ce sont des matières secondaires et leur coefficient reste faible. Je privilégie donc les matières de base. Le peu de temps qui me reste je le consacre à préparer mes fausses copies. Ce sont l’histoire-géographie et l’éducation civique qui accaparent la part du lion en matière de triche. Il y a toujours un moyen pour que les enseignants ne s’en rendent pas compte. Un seul professeur est incapable de contrôler plusieurs élèves à la fois. Une fausse copie dans le papier mouchoir, dans la ceinture, sous les vêtements, écrite sur les manches d’un pull, sur le jean ou encore enregistrée sur le portable qu’on écoute ou qu’on lit en douce, font toujours l’affaire. Il est difficile que les professeurs prennent tous les élèves en flagrant délit. Mais, moi j’ai été pris sur le fait et cela m’a coûté quinze jours de renvoi. Si j’ai arrêté ? Oh que non ! Je continuerai à tricher tant qu’on nous donne de longs cours à apprendre par cœur», reconnaît-il.
Fekri, 18 ans, ne triche pas tout le temps. Le jeune homme n’arrive parfois pas à apprendre un cours ou à assimiler une matière. Donc, il triche ! «Nous avons plusieurs matières et nous n’avons pas assez de temps pour tout apprendre. Il est impossible de pouvoir tout assimiler ! J’écoule parfois un temps fou à essayer de comprendre quelque chose mais en vain. Je perds donc mon temps inutilement. Je ne peux pas m’empêcher de compter sur la triche pour m’en sortir à bon compte. Je consacre une bonne partie de mon temps pour préparer de fausses copies. C’est le moyen le plus sûr de garantir la réussite ! Et même si, à deux reprises, j’ai été pris la main dans le sac, je ne peux pas m’empêcher de continuer à tricher ! Il m’est impossible d’apprendre par cœur certaines leçons ! Et si je veux réussir, je suis obligé d’utiliser des fausses copies. D’ailleurs, je ne suis pas le seul, la majorité des élèves le font», dit-il.
Jihad, 18 ans, triche aussi. Il avoue qu’il aurait aimé ne pas avoir à recourir à la triche, sauf qu’il dit ne pas trouver d’autre alternative. «Certes, la triche est une mauvaise chose dans la mesure où l’élève ne retient rien en tête et que ses notes gonflées ne reflètent pas son niveau réel. Mais il faut dire que je n’utilise jamais de fausse copie pour les matières de base. Généralement ce sont les matières que l’on doit apprendre par cœur qui nous poussent à recourir à la fausse copie à l’instar de l’histoire-géographie, l’éducation religieuse et civique… Il est impossible qu’on arrive à tout retenir par cœur. Nous avons plusieurs matières et nous passons parfois deux devoirs le même jour. Cela nous oblige à privilégier certaines matières aux dépens d’autres. Nous optons pour les fausses copies pour rectifier le tir. Personne ne le fait de bon cœur, la triche est négative et nul ne peut prétendre le contraire, mais c’est un moyen d’accroître nos chances de réussir. Je dois dire également que je ne le fais que lorsque je ne trouve pas le temps qu’il faut pour réviser. Pour ma part, je photocopie le cours en version miniature que je cache quelque part dans mes vêtements. Je peux aussi écrire sur un mouchoir en papier ou faire un genre de « troc » avec les amis. Je me mets préalablement en accord avec certains camarades. Le plus brillant en sciences physiques, par exemple, me passe les réponses, et moi, je lui passe les solutions du devoir de mathématiques et ainsi de suite… Chacun trouve son compte et tout le monde arrive à dépasser ses lacunes sans gros problèmes », dit-il.
Oumaïma, 15 ans, n’utilise pas de fausses copies. La jeune fille pense que la triche ne mène qu’à une impasse. Sérieuse, assidue et également peureuse, la jeune fille ne peut pas tricher. «Rien que l’idée m’effraie ! Si je vais tricher, peu importe les moyens, je ne sentirai jamais la vraie joie de la réussite qu’on gagne à la sueur de notre front. Je suis incapable de courir un tel risque et de mettre tout mon avenir en jeu. La réussite doit absolument se mériter. Il m’est arrivé certes, de chuchoter un mot pour aider quelqu’un qui reste bloqué devant sa feuille blanche. C’est juste pour lui donner un coup de pouce et pour qu’il dépasse ses trous de mémoire. Il m’est arrivé d’en avoir à mon tour. Une seule fois. Et j’ai dû copier sur mon voisin. Mais je n’ai jamais triché au vrai sens du mot et, de toute ma vie, je n’ai jamais utilisé une fausse copie», dit-elle.

Abir CHEMLI

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: la tricherie....

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum