Profs de français en Algérie
Bonjour et bienvenue!
Si vous venez de vous inscrire, merci de vous présenter succinctement dans la section prévue à cet effet. (Section "Bienvenue à vous" en haut de la page d'accueil)
http://prof-de-francais.forumactif.com/f11-bienvenue-a-vous

Par égard aux collègues qui dépensent du temps pour garder vivant le présent site, veuillez avoir l'amabilité d'annoncer votre prénom et votre lieu d'exercice, ainsi que votre wilaya de résidence.

Merci!

PS: Sans un post de votre part, votre compte sera désactivé automatiquement au bout d'un mois.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest


La grève se poursuit, les négociations bloquées!...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La grève se poursuit, les négociations bloquées!...

Message par HBen-Admin le Mer 4 Mar - 15:59

Le statut particulier a, certes, permis une amélioration substantielle des revenus des enseignants, mais il est porteur d’incohérences qui alimentent la grogne des syndicats.

Adopté, en 2008 du temps de Benbouzid, sous la pression des syndicats autonomes du secteur, le statut particulier des enseignants constitue, depuis, la pomme de discorde entre la majorité des syndicats et le ministère de l’Éducation nationale.

Très attendu pour prendre en charge les injustices et les défaillances longtemps décriées dans le secteur, et, par ricochet, mettre fin à l’éternel conflit opposant les syndicats à la tutelle, l’adoption de ce statut particulier, “dans la hâte”, pour reprendre le terme de l’actuelle ministre, en l’occurrence Nouria Benghebrit, a, au contraire, donné lieu à de nouveaux “dysfonctionnements et défaillances” que la même ministre reconnaît. D’où les grèves auxquelles appellent cycliquement les syndicats autonomes du secteur. La révision du statut particulier constitue, en effet, la principale revendication.

Leur plateforme de revendications comprend plusieurs points dont le versement de certaines indemnités et la classification (ou reclassification) de certaines catégories d’enseignants et des corps communs. Les syndicats reprochent à la tutelle de ne pas appliquer certaines dispositions contenues dans le statut particulier. Ils réclament notamment l’application de la disposition relative à l’accès “automatique” des enseignants, après un nombre d’années d’expérience, à certaines catégories, comme stipulé dans le statut particulier, et non après le passage d’un concours comme veut l’imposer la tutelle.

Reconnaissant “les dysfonctionnements constatés et prouvés”, la ministre de l’Éducation, Mme Benghebrit, qui, il faut le dire, a hérité d’une situation “pourrie”, tente depuis son arrivée à la tête du département de l’Éducation de désamorcer cette situation, en privilégiant le dialogue avec les différents partenaires sociaux. Selon elle, au moins “500 heures” ont été jusque-là consacrées au dialogue avec les différentes parties du conflit. Pour Mme Benghebrit, le règlement des problèmes du secteur demande du temps.

“La révision d’un statut particulier demande du temps car il ne relève pas exclusivement du département de l’Éducation, mais de bien d’autres secteurs également concernés par ce dossier. Et l’ouverture d’un tel dossier nécessite également un climat de sérénité et de stabilité”, a toujours insisté Mme Benghebrit mettant toujours en avant l’intérêt des élèves, première victime des grèves perturbant leur scolarité depuis des années.

Pour instaurer ce climat de stabilité, elle a appelé récemment les différentes parties à signer “la charte d’éthique”. “Ce n’est qu’à partir de ce moment que nous pourrons évoquer, point par point, le statut particulier, et ce, dans la sérénité”, juge-t-elle. Néanmoins, l’appel de la ministre n’a pas eu l’effet escompté. Les syndicalistes ne l’entendent pas de cette oreille. Inflexibles, ils font fi de toutes les menaces et ne jurent que par la satisfaction de leurs revendications. Pendant ce temps, les élèves et leurs parents restent les otages de cette crise sans issue…

_________________

HBen-Admin
Admin
Admin

Wilaya d'exercice : Tizi Ouzou
Messages : 1022
Date d'inscription : 12/11/2009
Localisation : Montus Ferratus

http://ici...

Revenir en haut Aller en bas

Actes ou Discours : Qui dit mieux.

Message par Berrais le Lun 9 Mar - 12:58

Pendant ce temps, les élèves et leurs parents restent les otages de cette crise sans issue…

Malheureuse évolution dit-on.
Encore ne faut-il pas tomber d'un excès dans l'autre; La situation n'est pas suspendue dans le vide. Elle est, qu'on le veuille ou pas, l'écrin de solutions.
La remarque n'est pas secondaire et l'on connait cette célèbre histoire :
Un fripier propose à un de ses amis un lot de vêtements à bas prix. L'ami regarde et 
déclare :" Mais ce n'est pas mettable." " Mais ce n'est pas pour mettre, fait le fripier, c'est pour vendre."
Madame la ministre elle, a compris que, même si les habits sont mettables, on risque de faire faillite si on ne peut pas les vendre.
Et eux, les syndicalistes savent.
Mais, prudence, peut être que l'évolution deviendra heureuse pour nos enfants...

_________________
Les vieux ne meurent pas,ils s'endorment un jour et dorment trop longtemps. ( Jacques Brel- Les vieux )

Berrais
Formateur

Wilaya d'exercice : Tebessa
Messages : 560
Date d'inscription : 12/12/2014
Localisation : Tebessa

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum