Profs de français en Algérie
Bonjour et bienvenue!
Si vous venez de vous inscrire, merci de vous présenter succinctement dans la section prévue à cet effet. (Section "Bienvenue à vous" en haut de la page d'accueil)
http://prof-de-francais.forumactif.com/f11-bienvenue-a-vous

Par égard aux collègues qui dépensent du temps pour garder vivant le présent site, veuillez avoir l'amabilité d'annoncer votre prénom et votre lieu d'exercice, ainsi que votre wilaya de résidence.

Merci!

PS: Sans un post (un message) de votre part, votre compte sera désactivé automatiquement au bout d'un mois.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Avril 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest


La rédaction littéraire

Aller en bas

La rédaction littéraire

Message par Berrais le Dim 22 Fév - 21:55

La vraie campagne
Je l'ai connue tout enfant, à l'age ou les petits qui seront toucheurs de bœufs commencent à prendre l'aiguillon, portent la soupe aux hommes qui fauchent, et reviennent si fiers le soir, dans le silence des brumes tombantes, à califourchon sur la vieille jument blanche qui a l'air de les bercer. Et je crois que ceux qui ne l'ont pas vue avec leurs yeux de dix ou douze ans, ne l'aimeront jamais de cet amour-là. Elle veut des âmes tout à elle, des âmes fraîches parce qu'elle est fraîche, des âmes jeunes parce qu'elle est l'éternelle jeunesse.
                                                        
                                                                         René Bazin - En province.

Nuit d'été
Dès que les lampes étaient éteintes, je descendais le long de la treille et, à pas de loup, j'allais m'asseoir au bord de l'aire pour jouir de la nuit. Tout seul, au chant des grillons innombrables et d'une ou deux rainettes qu'attirait le puits, je regardais avec patience l'étendue solitaire de la campagne. Il y flottait une buée, douce et tiède au visage, ou les clartés du ciel, astres lointains, lune finissante, s'estompaient et semblaient se dissoudre en lueurs d'un rayonnement presque imperceptible.
J'éprouvais un bonheur de détachement et de paix à rester immobile et seul au milieu des arbres et des plantes. J'y épiais la vie nocturne.

                                                                         Henri Bosco - Antonin.

_________________
Les vieux ne meurent pas,ils s'endorment un jour et dorment trop longtemps. ( Jacques Brel- Les vieux )
avatar
Berrais
Formateur

Wilaya d'exercice : Tebessa
Messages : 618
Date d'inscription : 12/12/2014
Localisation : Tebessa

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum