Profs de français en Algérie
Bonjour et bienvenue!
Si vous venez de vous inscrire, merci de vous présenter succinctement dans la section prévue à cet effet. (Section "Bienvenue à vous" en haut de la page d'accueil)
http://prof-de-francais.forumactif.com/f11-bienvenue-a-vous

Par égard aux collègues qui dépensent du temps pour garder vivant le présent site, veuillez avoir l'amabilité d'annoncer votre prénom et votre lieu d'exercice, ainsi que votre wilaya de résidence.

Merci!

PS: Sans un post de votre part, votre compte sera désactivé automatiquement au bout d'un mois.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest


La rédaction littéraire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La rédaction littéraire

Message par Berrais le Dim 22 Fév - 20:48

Portrait d'un chat
Il était rose, d'un rose à peine cuivré, très près du sol par ses pattes de devant, un peu haussé sur son train de derrière. Sa robe foisonnait en boucles sur sa poitrine et son ventre, et s'échappait, en aigrettes courbes, de l'une et l'autre de ses oreilles.
J'hésite à parler de ses yeux, ne sachant comment peindre leur forme, leur large éclat d'or bouillant et pailleté, et la confiance calme qu'ils versaient aux nôtres, et leur arrière-sourire, puisé dans une jeunesse choyée...Sur les narines fleurissait aussi la rare couleur du cuivre rosé.
                                                   Colette - le fanal bleu.

Portrait d'un forgeron
J'ai vu, par ce soir d'automne, le forgeron pour la première fois. Il forgeait le soc d'une charrue. La chemise ouverte, montrant sa rude poitrine, ou les cotes à chaque souffle, marquaient leur carcasse de métal éprouvé, il se renversait, prenait un élan, abattait le marteau. Et cela sans arrêt, avec un balancement souple et contenu du corps, avec une poussée implacable des muscles. Le marteau tournait dans un cercle régulier, emportant des étincelles, laissant derrière lui un éclair.

                                                                  Emile Zola

_________________
Les vieux ne meurent pas,ils s'endorment un jour et dorment trop longtemps. ( Jacques Brel- Les vieux )
avatar
Berrais
Formateur

Wilaya d'exercice : Tebessa
Messages : 610
Date d'inscription : 12/12/2014
Localisation : Tebessa

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum