Profs de français en Algérie
Bonjour et bienvenue!
Si vous venez de vous inscrire, merci de vous présenter succinctement dans la section prévue à cet effet. (Section "Bienvenue à vous" en haut de la page d'accueil)
http://prof-de-francais.forumactif.com/f11-bienvenue-a-vous

Par égard aux collègues qui dépensent du temps pour garder vivant le présent site, veuillez avoir l'amabilité d'annoncer votre prénom et votre lieu d'exercice, ainsi que votre wilaya de résidence.

Merci!

PS: Sans un post de votre part, votre compte sera désactivé automatiquement au bout d'un mois.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest


“Il est possible de faire de l’école un rempart contre les extrémismes”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

“Il est possible de faire de l’école un rempart contre les extrémismes”

Message par HBen-Admin le Lun 8 Sep - 18:29

Le Dr Mahmoud Boudarene est diplômé en neurophysiologie clinique de la faculté de médecine Paris VI et docteur en sciences biomédicales de la faculté de médecine de Liège. Il est l’auteur de nombreuses publications scientifiques, mais aussi de contributions dans la presse sur les sujets d’actualité.

Liberté : Dans les années 1990, le contenu des programmes et l’activisme de certains enseignants et personnels administratifs ont joué un rôle dans le basculement de lycéens dans la violence armée pour le compte des groupes islamistes. Y a-t-il toujours ce risque ? Si oui, pourquoi ?
Dr Mahmoud Boudarene : Oui, je suis persuadé que nous ne sommes pas sortis d’affaire. Je ne veux pas être un oiseau de mauvais augure, mais les années 1990 ont laissé des séquelles qui ne sont pas étrangères à la violence sociale qui s’est emparée aujourd’hui de la société algérienne et les circonstances qui nous y conduisent sont toujours présentes. L’école algérienne a vécu une véritable inquisition et de nombreux élèves ont souffert de cette situation. Des parents ont assisté, impuissants, à une transformation radicale de leurs enfants. Un enfant angoissé, à l’affût du moindre comportement du père et de la mère, et terrorisé à l’idée que l’un ou l’autre n’agisse pas conformément aux recommandations religieuses enseignées à l’école. Le port du vêtement, les habitudes alimentaires…, tout est scruté par l’enfant, tout est dicté par l’enseignant, le moindre écart est vécu avec culpabilité par la progéniture et quelquefois rapporté à l’enseignant inquisiteur. L’élève est stigmatisé, il porte la honte de sa famille qui est voué aux gémonies. La mort, l’enfer, la damnation…, tout y passe, une épreuve morale terrible pour le jeune enfant. Un harcèlement psychologique en règle, insupportable pour l’esprit encore fragile de ce dernier, mais un matraquage qui fera bientôt de lui un inquisiteur, un persécuteur de ses propres parents. La garantie pour l’élève de retrouver sa place dans la communauté scolaire.
La souffrance psychologique est grande. Si les parents, par ignorance, incompréhension, démission, ne réagissent pas et ne réitèrent pas avec force les valeurs sur lesquelles est fondée leur famille, le désarroi de l’enfant s’accentue. Ce dernier se tourne alors vers ce qui lui paraît plus rassurant, ce qui lui est enseigné à l’école.
Une situation qui est encore plus douloureuse pour l’adolescent. Parce que celui-ci, dans le besoin constant de s’affirmer, n’a plus l’immaturité et la résilience de l’enfant et n’a pas encore la maturité de l’adulte. Il est comme le homard qui vient de perdre sa carapace pour muer (pour la changer). Il n’a plus l’ancienne et n’a pas encore la nouvelle. Une situation dangereuse pour lui parce que sans protection, il est à la merci des prédateurs. C’est le cas de l’adolescent, et c’est pourquoi les collèges et lycées sont les cibles privilégiées de tous les “prédateurs” possibles. Une population vulnérable, suggestible, avide de sensation et prête à toute sorte d’expérience. Mais l’adolescence est aussi une période où les interrogations existentielles sont nombreuses et importantes. La vie, la mort, la signification de l’une et de l’autre, avec quelquefois une fascination contemplative qui dure des semaines et des mois. Mais aussi une angoisse permanente qui trouve sa résolution progressive dans les réponses qui sont apportées à tous les questionnements, même quand elles sont anachroniques. C’est dans cette “interface” de fragilité momentanée et de perméabilité psychique propre à cette période de la vie que vient s’immiscer le prosélytisme. Pour peu que l’adolescent soit dans des conditions de solitude affective et qu’il soit envahi par l’incertitude, il constitue la proie idéale des thèses fanatiques. Prêt à vivre de nouvelles expériences, le chant des sirènes du jihad ne l’effraie pas. Le culte du martyr aidant, la mort devient banale, elle perd son caractère définitif, irrémédiable pour devenir résurrection. La vie est ailleurs avec de nouvelles promesses. Une expérience nouvelle à vivre.

Est-il, aujourd’hui, possible de transformer l’école algérienne, qu’elle passe de l’acteur passif qui subit les dommages de l’islam politique à l’acteur actif qui défend les fondements de la République, voire en faire l’un des derniers remparts en cas de défaillance de la mosquée et de la famille ?
Oui, bien sûr qu’il est possible d’agir et de créer une dynamique salutaire qui fera de l’école algérienne un rempart contre tous les extrémismes. Celle-ci, comme la société tout entière, peut être soustraite à l’influence du fanatisme religieux, mais encore, faut-il que le pouvoir politique s’inscrive dans cette perspective de façon claire et assumée. Ce qui n’est malheureusement pas le cas aujourd’hui car si nous en sommes là, c’est parce que ce dernier (le pouvoir politique) — dans la perspective de durer — a joué avec le feu de l’islamisme politique, qu’il a systématiquement opposé au combat démocratique pour le neutraliser.
Dans tous les pays du monde, en tout cas dans les démocraties occidentales, l’école est l’espace social premier où les valeurs de tolérance et de dialogue sont enseignées. L’enfant-élève est ainsi préparé à vivre en société — en harmonie avec les principes qui fondent la vie en communauté — et à devenir un citoyen soucieux du destin commun, pour lequel il est incité et encouragé à s’engager. L’école est le lieu de la transmission des connaissances, mais pas seulement. Elle est aussi l’endroit où le citoyen de demain apprend à être autonome, à avoir de l’initiative, à exprimer ses opinions et son libre arbitre ; c’est l’endroit où il commence à prendre conscience de ses droits et devoirs et où il apprend à s’approprier et à intérioriser les règles qui régissent la communauté. C’est cela le rôle de l’instruction civique, enseignée du primaire au lycée, et qui est l’un des piliers de l’école républicaine. Un enseignement qui était dispensé dans nos salles de classes au lendemain de l’Indépendance de notre pays et qui a été — à partir de la fin des années 70 — progressivement supplanté par l’instruction religieuse, avec les dérives dogmatiques et fanatiques que l’on connaît.
Et pour cause, le dogme oblige à une obéissance aveugle aux commandements, même quand l’énoncé de ceux-ci est erroné. Il interdit toute forme de liberté de pensée et de conscience. Le sujet, enfermé dans cet état d’esprit, est à son tour fanatisé et sa raison obscurcie, il devient intolérant et hermétique au dialogue. La religion, ainsi dépouillée de sa substance, de son esprit, est interprétée à la lettre et est réduite à un ensemble de rituels caricaturaux et stérilisants pour la vie spirituelle. L’antithèse des valeurs républicaines et démocratiques, et une logique qui a fait le lit de la violence armée de la décennie 90.
Pour soustraire l’école algérienne à cette influence et pour éviter aux enfants et adolescents, futurs citoyens de ce pays, le risque de devenir fanatique et d’aller alimenter les contingents de jihadistes, il faut se poser la question de la pertinence du maintien de l’instruction religieuse dans le système scolaire. Rôle qui devrait être dévolu aux lieux de culte, les mosquées et à la famille. Si la volonté politique est clairement manifestée par les pouvoirs publics de restaurer le système éducatif dans son rôle d’édification des valeurs de citoyenneté, l’école — devenue alors républicaine — peut servir de barrière à toute forme d’intolérance et jeter les bases d’une société indulgente, apaisée et sans violence.
Faut-il souligner que le fanatisme déborde toujours sur la sphère religieuse pour s’emparer de tous les aspects de la vie sociale ? Les Algériens ne savent plus se parler, dialoguer. Chacun a raison et chacun est arc-bouté sur ses positions. Les conflits ne se règlent plus que dans la confrontation physique et le passage à l’acte violent. C’est ce qui se passe actuellement — à une échelle plus dramatique — dans les pays du Moyen-Orient. Des sociétés fanatisées qui se sont inscrites dans des conflits sanglants sous prétexte de différends confessionnels et religieux. Notre pays n’est pas à l’abri d’une telle éventualité. Le conflit, non encore résolu, de la vallée du M’zab, en est le signal d’alarme.

_________________

HBen-Admin
Admin
Admin

Wilaya d'exercice : Tizi Ouzou
Messages : 1022
Date d'inscription : 12/11/2009
Localisation : Montus Ferratus

http://ici...

Revenir en haut Aller en bas

Re: “Il est possible de faire de l’école un rempart contre les extrémismes”

Message par faty_kyle le Mar 14 Oct - 15:55

...Euh, faudrait-il, cependant, que ceux qui y enseignent ne le soient pas... Extrémistes je veux dire! Smile

faty_kyle
Modérateur
Modérateur

Wilaya d'exercice : Tizi Ouzou
Messages : 303
Date d'inscription : 12/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: “Il est possible de faire de l’école un rempart contre les extrémismes”

Message par abderrahmane 31 le Mer 15 Oct - 18:42

C'est possible dans la mesure où le système éducatif tombe entre de bonnes mains.
     Malheureusement, ce n'est pas le cas. Aucune discipline n'est instaurée pour le moment au sein de nos établissements aussi bien pour les enseignés que les enseignants.
     Une anarchie totale ronge éternellement nos établissements scolaires, et , qui dit anarchie, dit : portes ouvertes à la violence, à l'extrémisme,à la délinquance et , et......

_________________
« On façonne les plantes par la culture, et les hommes par l'éducation » (Rousseau).

abderrahmane 31
Modérateur
Modérateur

Wilaya d'exercice : oran
Messages : 914
Date d'inscription : 12/05/2013
Localisation : oran

Revenir en haut Aller en bas

Re: “Il est possible de faire de l’école un rempart contre les extrémismes”

Message par azizen le Lun 1 Déc - 16:53

Une anarchie totale ronge éternellement nos établissements scolaires, et , qui dit anarchie, dit : portes ouvertes à la violence, à l'extrémisme,à la délinquance et , et......
Le pire, d'après ce que j'ai remarqué, c'est la démission de l'administration!... Passez-moi l'expression, ils ont l'air de s'en f... royalement et il ne faut pas les déranger!!! affraid

azizen
Ancien
Ancien

Wilaya d'exercice : TIZI OUZOU
Messages : 132
Date d'inscription : 21/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: “Il est possible de faire de l’école un rempart contre les extrémismes”

Message par abderrahmane 31 le Lun 1 Déc - 21:20

Exactement, azizen, je crois que l'administration est beaucoup plus administrative que pédagogique. Je me souviens toujours de l'époque où j'étais encore collégien (1968) quand je faisais une bêtise qui me valait une convocation des parents.
 Je n'oublie pas les marmonnements de mon père quand je lui remettais la convocation.
        - Que vais-je leur dire maintenant ? J'ai honte de moi à cause de toi...
  Je comprenais combien il détestait cette situation.
De nos jours, le père (convoqué), devant son fils, se gonfle et ose dire : Je vais leur montrer de quel bois je me chauffe..... C'est comme le voleur , pris la main dans le sac, qui dit à l'agent : Lâche-moi , tu me fais mal...Je me plaindrai à tes supérieurs, tu vas voir.......Voilà où nous en sommes ! Personne n'a peur de personne et vive l'anarchie !

_________________
« On façonne les plantes par la culture, et les hommes par l'éducation » (Rousseau).

abderrahmane 31
Modérateur
Modérateur

Wilaya d'exercice : oran
Messages : 914
Date d'inscription : 12/05/2013
Localisation : oran

Revenir en haut Aller en bas

Re: “Il est possible de faire de l’école un rempart contre les extrémismes”

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:49


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum