Profs de français en Algérie
Bonjour et bienvenue!
Si vous venez de vous inscrire, merci de vous présenter succinctement dans la section prévue à cet effet. (Section "Bienvenue à vous" en haut de la page d'accueil)
http://prof-de-francais.forumactif.com/f11-bienvenue-a-vous

Par égard aux collègues qui dépensent du temps pour garder vivant le présent site, veuillez avoir l'amabilité d'annoncer votre prénom et votre lieu d'exercice, ainsi que votre wilaya de résidence.

Merci!

PS: Sans un post de votre part, votre compte sera désactivé automatiquement au bout d'un mois.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest


Des Histoires comme ça de Rudyard Kipling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Des Histoires comme ça de Rudyard Kipling

Message par Ghost le Jeu 3 Mai - 0:22

Écoutez!
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Lisez!
Et voici l'histoire suivante qui raconte comment le Chameau acquit sa bosse. Au commencement des temps, quand le monde était tout neuf et tout et tout, et que les Animaux commençaient juste à travailler pour l'Homme, il y avait un Chameau qui vivait au milieu d'un Désert Hurlant car il ne voulait pas travailler ; d'ailleurs c'était un Hurleur lui-même. Alors il se nourrissait de bouts de bois, de tamaris, de plantes grasses et de piquants d'épine, avec une douloureuse paresse ; et lorsqu'on lui adressait la parole, il répondait : « Bof ! » Simplement « Bof ! » et rien d'autre. Alors, le Cheval vint le trouver le lundi matin avec une selle sur le dos et un mors dans la bouche, et il lui dit :

— Chameau, ô Chameau, viens donc trotter comme nous tous !

— Bof ! dit le Chameau.

Et le Cheval s'en fut le répéter à l'Homme.

Alors le Chien vint le trouver avec un bâton dans la gueule et il lui dit :

— Chameau, ô Chameau, viens donc chercher et rapporter comme nous tous.

— Bof ! dit le Chameau.

Et le Chien s'en fut le répéter à l'Homme.

Alors le Bœuf vint le trouver avec un joug sur la nuque et il lui dit :

— Chameau, ô Chameau, viens donc labourer comme nous tous.

— Bof ! dit le Chameau.

Et le Bœuf s'en fut le répéter à l'Homme.

À la fin de la journée, l'Homme convoqua le Cheval, le Chien et le Bœuf, et il leur dit :

— Vous Trois, ô Vous Trois, je suis navré pour vous (avec ce monde tout neuf et tout et tout), mais cette chose qui dit « Bof » est incapable de travailler, sinon elle serait déjà là. Je vais donc la laisser en paix et vous devrez travailler deux fois plus pour la remplacer.

Cela mit les Trois très en colère (avec ce monde tout neuf et tout et tout) et aussitôt ils tinrent conseil, un indaba, un punchayet et un pow-wow, à la limite du Désert. Le Chameau arriva en mâchant ses plantes grasses avec une paresse encore plus douloureuse et il se moqua d'eux, puis il dit « Bof ! » et repartit.

C'est alors qu'arriva le Djinn responsable de Tous les Déserts, enroulé dans un nuage de poussière (les Djinns voyagent toujours de cette manière car c'est Magique), et il s'arrêta pour palabrer et tenir un pow-wow avec les Trois.

— Djinn de Tous les Déserts, dit le Cheval. Quelqu'un a-t-il le droit d'être paresseux dans ce monde tout neuf et tout et tout ?

— Certainement pas, répondit le Djinn.

— Eh bien, dit le Cheval, il y a quelqu'un au milieu de ton Désert Hurlant (c'est un Hurleur lui-même), avec un long cou et de longues pattes, qui n'a absolument rien fichu depuis lundi matin. Il refuse de trotter.

— Hou ! dit le Djinn en sifflant. C'est mon Chameau, par tout l'or de l'Arabie ! Et que dit-il ?

— Il dit « Bof » dit le Chien, et il refuse d'aller chercher et de rapporter.

— Ne dit-il rien d'autre ?

— Seulement « Bof ! » et il refuse de labourer, dit le Bœuf.

— Très bien, dit le Djinn, je vais le faire bosser, si vous voulez bien attendre une minute.

Sur ce, le Djinn s'enroula dans son manteau de poussière, s'orienta dans le désert et trouva le Chameau, toujours aussi douloureusement paresseux, qui admirait son reflet dans une flaque d'eau.

— Mon long et bouillonnant ami, dit le Djinn, il paraît que tu ne veux pas bosser, dans ce monde tout neuf et tout et tout ?

— Bof ! dit le Chameau.

Le Djinn s'assit, le menton dans la main, et se mit à réfléchir à une Grande Magie tandis que le Chameau continuait à s'admirer dans la flaque d'eau.

— Tu donnes du travail supplémentaire aux Trois depuis lundi matin à cause de ta douloureuse paresse, dit le Djinn. Et il continua à réfléchir à des Magies, le menton dans la main.

— Bof ! dit le Chameau.

— Je ne répéterais pas ça si j'étais toi, dit le Djinn. Tu pourrais le dire une fois de trop. Je veux que tu bosses !

— Bof ! dit encore une fois le Chameau. Mais à peine eut-il prononcé ce mot qu'il vit son dos, dont il était si fier, s'enfler, s'enfler, jusqu'à devenir une grosse bosse ballottante.

— Tu as vu ça ? dit le Djinn. Voilà ce que tu t'es mis sur le dos en refusant de bosser. Nous sommes aujourd'hui jeudi et tu n'as rien fait depuis que le travail a commencé lundi. Maintenant tu vas bosser.

— Comment le pourrais-je ? dit le Chameau. Avec cette chose sur le dos.

— C'est exprès, dit le Djinn, pour te punir d'avoir manqué ces trois jours. Désormais, tu pourras bosser trois jours sans manger en vivant sur ta bosse. Et ne dis pas que je n'ai jamais rien fait pour toi. Sors du Désert et va rejoindre les Trois ; et apprends à te conduire ! Allez, hop !

Et, hop ! le Chameau s'en fut rejoindre les Trois et depuis ce jour le Chameau bosse (nous disons maintenant qu'il « travaille » pour ne pas le vexer), mais il n'a jamais rattrapé les trois jours de travail qu'il avait manqués au commencement du monde, et il n'a jamais appris à se conduire.

Répondez!
Comment il poussa une bosse au chameau de Rudyard Kipling
1. Que ne voulait jamais faire le chameau ?
 Travailler.
 Jouer.
 Manger.
2. Que disait toujours le chameau ?
 Bosse.
 Bof.
 Zut.
3. Quels animaux viennent voir le chameau ?
 Un cheval.
 Un chien.
 Un éléphant.
 Une chèvre.
 Un âne.
 Un bœuf.
4. Qui punit le chameau ?
 L’homme.
 Un Djinn.
 Une fée.

5. Grâce à sa bosse, combien de jour le chameau peut-il travailler sans manger ?
 1
 2
 3
 4






_________________
"Il n'y a qu'une façon d'apprendre. C'est par l'action." sunny

Ghost
Modérateur
Modérateur

Wilaya d'exercice : Setif
Messages : 231
Date d'inscription : 19/11/2009
Localisation : Sétif

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des Histoires comme ça de Rudyard Kipling

Message par GFZN Mme Médjani le Mer 27 Juin - 12:33

histoire vraie d'une institutrice


Une petite histoire qui circule sur Internet et que je souhaite partager:

C'est l'histoire vraie d'une institutrice de première année de maternelle, au milieu de janvier, le mois le plus dur pour tout le monde ....
Un des gamins lui demande de l'aide pour mettre ses bottes pour aller en récréation et, en effet, elles sont vraiment difficiles à enfiler.
Après avoir poussé, tiré, re-poussé et tiré dans tous les sens, les bottes sont enfin chaussées et le gamin dit : "Elles sont à l'envers, maîtresse".
La maîtresse attrape un coup de chaud quand elle s'aperçoit qu'en effet il y a eu inversion des pieds...
Bref, nouvelle galère pour les enlever et rebelote pour les remettre, mais elle réussit à garder son calme jusqu'à ce que les bottes soient rechaussées, aux bons pieds.
Et là, le gamin lui dit avec toute la candeur qui caractérise les enfants : "C'est pas mes bottes".
A ce moment, elle fait un gros effort pour ne pas lui mettre une baffe, fait un tour sur elle-même en se mordant les lèvres, se calme et lui demande pourquoi il ne l'a pas dit avant ....
Comme le gamin voit bien qu'il a contrarié sa maîtresse, il ne répond pas. Elle dit alors : "Bon, allez, on les enlève" et elle se met à nouveau au boulot.
Le deuxième pied est presque sorti quand le gamin poursuit : "C'est pas mes bottes, c'est celles de mon frère, mais maman a dit que je dois les mettre".
Là, elle a envie de pleurer mais, une nouvelle fois, elle se calme et entreprend de lui re- re- mettre ses bottes.
L'opération est enfin réussie et la maîtresse se sent fière d'avoir réussi.
Pour aller jusqu'au bout, elle le met debout, lui fait enfiler son manteau, lui met son cache-nez et lui demande : "Où sont tes gants?".
Et le gamin de répondre le plus simplement du monde : "Pour pas les perdre, je les ai mis dans mes bottes."

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]






GFZN Mme Médjani
Formateur

Wilaya d'exercice : batna
Messages : 245
Date d'inscription : 23/05/2012
Localisation : MEROUANA

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum