Profs de français en Algérie
Bonjour et bienvenue!
Si vous venez de vous inscrire, merci de vous présenter succinctement dans la section prévue à cet effet. (Section "Bienvenue à vous" en haut de la page d'accueil)
http://prof-de-francais.forumactif.com/f11-bienvenue-a-vous

Par égard aux collègues qui dépensent du temps pour garder vivant le présent site, veuillez avoir l'amabilité d'annoncer votre prénom et votre lieu d'exercice, ainsi que votre wilaya de résidence.

Merci!

PS: Sans un post de votre part, votre compte sera désactivé automatiquement au bout d'un mois.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» A la chasse des fiches
Mer 20 Sep - 18:35 par hayet hayet

» Répartitions officielles MEN
Mer 20 Sep - 12:57 par HBen

»  Un CD contenant le programme et les fiches de la 1AM :
Mar 19 Sep - 23:25 par missoum

» nouvelle progression
Mar 19 Sep - 14:03 par Shérazed

» présentation
Sam 16 Sep - 22:45 par Berrais

» bonsoir à tous
Sam 16 Sep - 21:51 par Berrais

»  Une école pour la vie ou pour la mort ?
Sam 16 Sep - 19:37 par HBen

» FICHES PROJET III SÉQUENCE 2
Sam 16 Sep - 15:34 par layala

» comp de l'écrit 1am
Sam 16 Sep - 12:17 par HBen

Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest


Le retraité "novice"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le retraité "novice"

Message par kamel 25 le Sam 14 Sep - 7:37

Le retraité  « novice ».


Lors de ma  visite dans les établissements durant le stage ; j’ai pu remarquer les différents changements qui se sont produits à  travers l’enseignement du projet en question qui demeure d’actualité et en bonne voie pour servir d’objet d’étude dans toutes les écoles du pays. En effet le Dimanche, date de la première  journée  de formation pratique sise à Tiaret, en ma qualité de professeur retraité, j’ai souligné l’importance de cette formation visant ainsi à éclairer davantage mes collègues de la nouvelle génération. Le rapport qui  existe entre eux  facilite le travail demandé par l’institution et les pousse  à exploiter le programme mis-en-œuvre par cette dernière afin de  partager cette théorie implicite et favorise nettement le bon déroulement des activités. Donc l’accent est mis en valeur sur des conseils souvent répétés par  Messieurs les responsables généralement pris en considération pour désigner l’importance de  l’outil  utilisé à toute démarche pédagogique c’est-à-dire des documents d’accompagnement qui expliquent les données du programme ;mettant en relief que l’activité ne pouvait être efficace que s’il y a une réponse ou encore  l’activité elle-même est une réponse et par conséquent toute question est une réponse .d’après DEWEY : « Toute leçon est une réponse »qui doit répondre à un besoin. Nous apprenons que ce qui répond aux problèmes posés qui nous attendent c’est en fait arriver à attirer l’apprenant vers son niveau réel pour pouvoir proposer des démarches convenables  et aboutir à l’installation des compétences  qui sont un ensemble de savoir- faire  à  acquérir à l’élève en vue de les réaliser ensuite.
En 1ere année, le professeur est amené à apprendre aux élèves à parler et à écrire pour pouvoir communiquer, d’abord écouter puis s’exprimer ; l’utilisation de l’ouïe et de la langue pour satisfaire  ce besoin (le parler). Les élèves auront la faculté de développer l’écoute en s’entraînant aux divers sons présentés ou à la phonétique  elle-même réservée à l’étude  et à la reconnaissance des phonèmes. Cela  leur permettra de distinguer des sons nouveaux  à partir de leur discrimination aussi cette mesure est indispensable d’autant plus primordiale aux yeux de l’enfant qui attache une grande importance à l’identification de ces phonèmes jusque-là délaissé en ajoutant de même les graphèmes qui s’inscrivent dans leurs  aspects morphologiques. Les yeux : l’apprenant est en nette transformation pour atteindre sa maturité d’où l’effet PYGMALION  entre en jeu sur son devenir et écarter toute hypothèse de voir l’enfant en tant qu’enfant ainsi c’est à partir de l’âge de quarante ans qu’on devient raisonnable. L’enfant imite d’une façon  remarquable et constante le comportement de son professeur  et il ne voit pas comme nous en plus il n’entend pas comme  nous. Lorsqu’on propose un devoir ; il faut utiliser une mise en forme du texte pour qu’il puisse parvenir à la lecture ; c’est un besoin naturel pour lui de demander à créer son propre environnement en criant ; en gesticulant ; en manifestant ses propres capacités dans le développement de sa personnalité. Ainsi pour combattre l’inactivité ou la passivité de l’enfant, le professeur  doit l’insérer dans un groupe d’individus afin de rehausser son niveau à partir d’un échange verbal fructueux .Ce dialogue permet d’une part ; la communication ; d’autre  part  l’ambiance au niveau de la classe .Par ailleurs, ces deux facteurs lui favorisent le besoin de parler et d’écrire librement dans le but de déterminer ses propres compétences réelles en classe ;donc l’apprenant est appelé à révéler tout simplement son savoir-faire qui doit-être pris comme base de données sur laquelle se feront les fondements nécessaires tirées d’une pédagogie différenciée. Obligatoirement et à l’aide d’un matériel d’enregistrement l’élève reçoit les interférences créées par les ondes sonores du magnétophone ; ensuite développées par l’ouïe, il apprend à écouter un récit  dans la mesure où le lexique n’est pas élevé pour comprendre le message transmis  sinon  il y a une rupture totale  et rejet de toute énonciation. Vraisemblablement ; la langue française est devenue quasiment étrangère pour l’élève et se trouve dans un isolement restreint ; celui de la classe ou se déroule efficacement l’apprentissage de la langue elle-même non pas dans les normes de la société mais uniquement dans la transmission d’un savoir c’est-à-dire l’utilisation d’un contenu vers un contenant. L’activité orale est alors  destinée aux élèves pour leur apprendre à mieux maîtriser l’écoute  pour pouvoir s’exprimer. Donc parler veut dire tout d’abord écouter attentivement ensuite recevoir le message dans la mesure de pouvoir installer une compétence d’écoute chez l’auditeur ; en effet, le professeur va l’entraîner à comprendre davantage la transmission de tout message énoncé à travers un questionnaire bien étudié d’où l’interaction entre les deux parties semble fructueuse selon le schéma de Jakobson qui dénote  les fonctions du langage à partir d’un émetteur et d’un récepteur. Cette  activité  est  appelée  une  activité  de  réception  et  d’écoute qui permettra  au professeur de connaître ses élèves et d’entamer une évaluation diagnostique en vue d’appliquer un programme défini par l’institution. Il suffit de leur apprendre à raconter des récits qui sont vraisemblables ou des histoires vraies ou encore d’autres imaginaires (le conte) (le merveilleux) ; c’est-à-dire des histoires merveilleuses à l’exemple des animaux qui parlent et qui dépassent la réalité. Aujourd’hui, on leur présente le fantastique comme les dessins animés, les vampires, des films d’actions surréels à l’exemple des envahisseurs etc. Donc il est clair que le professeur doit faire preuve d’ingéniosité aux vérifications des hypothèses  à l’ensemble de la classe afin de parvenir à améliorer  son cours  en prenant compte des données personnelles de l’enfant jusque-là abandonnées à ses fins; nullement prises en considération. Le narratif au niveau de 1ere A.M. C’est raconter des petits textes tendance à la séance de l’oral qui nécessite une activité de réception et d’écoute attentive chez l’apprenant que seuls qui possèdent cette compétence peuvent émerger. C’est en fait appliquer le programme en mettant en relief « apprendre » qui veut dire changer des comportements au niveau de la classe en faisant la mise à jour de l’apprenant par rapport à ses difficultés. La 2eme activité consiste à engager l’apprenant dans la production écrite pour le former à l’avenir en ayant de la patience c’est-à-dire le prendre en charge durant son parcours scolaire et laisser le temps au temps. Chaque année ; on a une compétence à installer ; apprendre aux élèves à raconter un récit merveilleux ; non pas avec le texte mais avec le dessin en l’habituant à s’initier à l’injonctif une manière de le préparer à la 2eme année. La base de la 1ere année c’est celle du narratif d’où l’apprenant va acquérir une compétence liée à l’action d’apprendre pour toute la vie : c’est mobiliser son savoir-faire et le rendre praticable ou observable dans la vie active. Le professeur est un guide ; il doit situer l’activité-lecture –grammaire-etc. Le renforcement et  le soutien sont à l’origine de toute activité ou les erreurs sont décelées et sont mis en valeur dans une perspective d’évaluation formative de manière à stimuler l’enfant. Alors qu’il n’est uniquement qu’un médiateur entre lui et ses élèves ; l’enseignant doit  situer ses activités dans un objectif  déterminé pour le  rendre palpable puis observable à la fois cela par l’utilisation des procédés divers à l’aide d’une pédagogie tout-à-fait nouvelle celle du socio-cognitivisme ou l’enfant a besoin d’être soutenu ; c’est le cas du « scaffolding »en relation avec la pédagogie différenciée qui permet de faire un recul des acquits antérieurs. Bachelard disait : « Il n’y a pas de vérités absolues mais il n’y a que des erreurs absolues».C’est en motivant l’enfant qu’on parvient à développer  son comportement et à prendre conscience de ses capacités intellectuelles en rapport avec ses capacités physiologiques dans un environnement favorable ou il requiert sa propre adaptation du milieu c’est-à-dire que tout individu qui s’intègre dans un milieu nouveau est par excellence intelligent. Cet état de fait engendre des aptitudes positives et devient conscient du milieu scolaire ou il doit manifester son savoir-faire. C’est à l’aide des divers procédés, révisions ,soutiens, rattrapages, programmer des exercices afin de les intéresser, les manipuler de façon à les entraîner à l’action en  mobilisant leur savoir déjà acquit dans le but de parvenir à un savoir agir au-delà du savoir déjà institué en suivant continuellement leurs activités dans un esprit de groupe ou l’individu est à l’origine sociable. C’est pourquoi, le passé nous retient alors que le futur nous prévient du présent qui ne nous laisse pas vivre  intensément notre jour le plus souvent en harmonie et dans la gaieté.  Car Demain est toujours présent et que le temps n’appartient qu’à Demain c’est dans cet esprit que le professeur doit maintenir  ses  recherches au niveau  du temps imparti  progressivement pour inculquer davantage un savoir durable ; mesurable et non éphémère c’est-à-dire que la correspondance de la pensée doit-être liée à l’action ou l’activité elle-même répond  aux  besoins de l’enfant. Se questionner dans le système éducatif c’est arriver à simplifier ses activités et tenir une relation familière en essayant d’enseigner un comportement de savoir-être qui agit implicitement sur l’apprenant car on enseigne ce que l’on est par un savoir déterminé ; pris en vigueur par la justification des connaissances  dans le milieu scolaire. A partir de cette problématique ; l’enfant recèle cette apparence en pensant dans sa langue maternelle qui est un handicap à soulever pour faire apparaître sa propre personnalité en éprouvant le besoin de parler, de manifester sa présence en classe contraire aux normes de la classe dans le but d’attirer l’attention du professeur vers lui. Cependant, l’enseignant doit préserver l’ordre et homogénéiser le bon déroulement des activités au sein de la classe en installant chaque fois de la tolérance vis-à-vis d’eux pour pouvoir les aider à surmonter les obstacle. Il est utile d’aider les élèves passifs en circulant, en se déplaçant pour garder le contact, à priori, l’emploi régulier des cahiers de correspondance intègre la participation active des parents à se joindre aux professeurs dans l’insertion de l’enfant dans un climat pleinement confiant en même temps éducatif qu’instructif. L’instauration des règles de politesse est exigée pour un respect mutuel entre  l’enseignant et l’enseigné qui lui aussi est un être humain et qu’il essaie de détecter la faiblesse de son professeur et du coup, il atteint son but pour délaisser son statut d’apprenant et dans ce cas précis l’intervention doit-être  brusque ,simultanément énergique  avec la collaboration des parents en vue de régler ou écarter tout conflit visant la perturbation du bon fonctionnement de l’établissement c’est-à-dire contribuer à la bonne gestion de la classe en sauvegardant son homogénéité et sa stabilité. Aussi, il est indispensable et nécessaire de mettre ceux qui ne voient pas bien devant le tableau et doivent occuper les premières places selon une numérotation des tables à l’identification de chacun d’eux  pour établir une organisation planifiée  et schématisée. Les cahiers de texte doivent mis à jour durant les dernières minutes de travail par le professeur et comporter l’activité, l’horaire, l’objectif etc.…tandis que le cahier journal, les fiches pédagogiques,le cahier de formation, le cahier de notes, le cahier de rattrapage sont toutefois utiles aux différentes activités suivis du manuel de l’apprenant. Il ne faut pas cacher la vérité à l’enfant. Les notes, ne pas les négliger de manière à rompre son  vouloir-faire et son pouvoir-faire en pensant sans cesse  à celles qui sont en dessous de la moyenne parce qu’il y a des gens instruits qui traduisent les résultats et définissent la faiblesse de l’enseignant par un constat qui s’est répété plusieurs années auparavant celui  des  questions  mal    posée,    d’une   part    au  désavantage     du  professeur, d’autre part de son travail fourni durant cette période parce que le devoir  c’est la réponse des acquits antérieurs pour une meilleure  performance. Par ailleurs ces mesures marquent la capacité de chacun d’eux dans l’exercice  et la maîtrise de leur savoir au niveau des différentes activités étudiées et traduisent uniquement l’effort accompli d’une certaine durée dans le temps. Donc ; il faut suivre le niveau moyen  en cernant davantage les résultats dans un domaine approprié à l’enfant neutre d’où l’efficacité des autres est mise en relief grâce à leur savoir-faire. Toute absence doit-être signalée et prise en considération pour parfaire un contrat entre le professeur et l’apprenant de même que le contrôle des exercices doit se faire au moment de l’application. Le tableau est un outil pédagogique structuré par une bonne disposition de l’écriture du professeur signalant ainsi son  projet à définir, sa séquence suivie d’un objectif réalisable au moment de la  présentation de la leçon du jour et intègre l’enfant dans la  communication favorisée  par la fonction informationnelle  et à l’interaction  entre les deux parties ;donc  l’exploitation des réponses se fera au tableau ou la fonction de mémorisation  s’installe au niveau de la clairvoyance  des trois espaces distinctes l’une de l’autre .                                                                                                                               -Le 1er espace est donc celui réservé à l’information de la séquence ; elle n’est pas effacée ; les élèves savent à tout moment ou ils sont.                                                                           
- Le 2eme espace est assujetti aux notions fondamentales du cours (Vocabulaire, grammaire).C’est à partir de cette étape qu’il faut garder  la stabilité des leçons pendant un certain temps pour permettre à l’élève de se situer. Par contre ; le brouillon ou les mots sont à écrire rapidement, pouvoir les visualiser et les effacer au fur et à mesure de leur explication ; cependant il faut trouver la sanction adaptée à la faute. Tout savoir, tout entendre, tout voir reste de la compétence de l’enseignant :
-En employant des techniques pour l’atmosphère et la bonne gestion de la classe.
- En évitant des mots grossiers ou blessants.
- En respectant le territoire de l’autre.
 -En s’insérant dans un milieu éducatif.
 -En  inscrivant la profession des parents, les avertir de façon permanente pour conserver le contact

kamel 25
Modérateur
Modérateur

Messages : 349
Date d'inscription : 11/04/2013
Localisation : Tiaret

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retraité "novice"

Message par kamel 25 le Mer 16 Oct - 9:05

La désinvolture  du temps
Si l'on compte le  nombre de vieux qui ont été admis ces dernières années, l'on aurait compris qu’il s’agissait d’une simple  stratégie mise en œuvre par les anciens éducateurs de l’époque actuellement en retraite.Et puis, qui oserait nier la manière choisie par tous ces anciens  pour faire progresser tout ce  beau  monde?Qui oserait penser que les retraités de l’éducation   émergent  une  nouvelle fois malgré leur âge avancé et soutiennent ces exclus, ces rejetés vers la vie active ? Sans  le vouloir et souvent  par   le  biais des conseils l’issue de secours s’ouvre toute grande afin d’appeler cette frange à se maintenir aux  règles   de la  société. Et semble-t-il,  une infrastructure   dans  laquelle  il   est permis  de réussir. Cette  notion   est facile à  établir, facile  à  fixer, favorable pour  tous, qui  peut  se  manifester  librement, quand  les   gens  se déplacent dans un champ  de recherche ? Préparer ce large  public  de celui qu’on appelle « novice »afin  qu’ils unifient   leurs forces à débattre  tous  les  sujets,  réagissant  à  toute  situation,  partant de la simplification des données en vue  de dispenser un enseignement utile et efficace. Grâce   au   système de communication  pris d’emblée du niveau réel de  tout  un  chacun  et  surtout  à  partir  de  la   bonne   parole   mêlée  à   un  sourire  qui     vous donnera  plus  de   confiance, on   balayera   d’un   seul   coup toutes les raisons de toute pédagogie   basée   sur   la crainte, l’incertitude et sur le doute de ne pas réussir. De   nos  jours, après cette révélation, tout ce grand public est   entrain de  vivre  ces  évènements et beaucoup d’entre eux  sont arrivés à  décoder  le  modèle de fiches à préparer et certains   ont   pu décrocher le  diplôme  de « licence » grâce à cette révolution de l’esprit en suivant des prototypes déjà  connus, de telle sorte qu’ils   ont   pu   exposé  un  jour  quelque  signe  de  compréhension  du   jeu, de   soumission   aux    règles de briser l’obstacle de l’échec. L’astuce réside à présenter une démarche en vue d’étaler une progression  où demeure toujours  la  dominante du maintien d’un ordre chronologique favorable à tout  perfectionnement. Ainsi,  le  rôle  de  chacun  est  pris   parfois séparément ou en groupe et est  censé comprendre les mêmes leçons, étendre les mêmes civilités pour garder un renforcement  indispensable  de  leurs   pré-requis. Une   bonne   amélioration   de niveau  ne cesse  d’apporter  la joie   au sein du groupe et de l’émulation par  certains  qui, d’ailleurs  n’osaient  pas  lever  le doigt  en classe. L’angoisse vient d’être  écartée,  effet  psychologique des uns,une bonne tactique pour  soutenir  nos apprenants de (La vieille génération). Pour garder le secret du jeu, on  insinue  les textes à dominante historique, les textes argumentatifs   et   puis  passer   à la simplification de toutes ces données de façon à arriver à un niveau virtuel. Un comportement observable  de l’apprenant  se  manifeste  tout  au  long  de cet apprentissage et pour cause l’envie de parvenir à un but tant convoité.  
L'universté-elle même  
Mon passage à l’Université m’a permis de rencontrer des étudiants et étudiantes d’un niveau remarquable,aussi il m’a été nécessaire de les évoquer pour indiquer  leur   juste    valeur et     parmi eux  Chikhi, Ghaoual et bien  d’autres, sans oublier Hadj Maamar qui   ont   composé   le   noyau central de cette promotion. Cependant ma vision semblait être sûre de se réaliser puisque cette écriture est basée sur  le   temps qui n’est   qu’éphémère c’est-à-dire en voie d’achèvement de toute  période  vécue. Hélas ! La vie est conditionnée, on  ne  peut  que suivre notre destinée malgré nos profonds sentiments partagés avec ceux à qui l’on doit beaucoup de respect. S cette  écriture  parvient  à sa fin et être prise en considération, je tiens à leur souhaiter bonne reprise d’une aventure semblable où le mot a une existence. L’émergence de  l’un  d’eux et  en  l’occurrence,  une étudiante dont les initiales  M.F. avait   cette  volonté    de souligner sa présence parmi les grands, d’inscrire son nom en cette période si difficile. Et....................
Comme l’été s’annonce bientôt ; faisant ainsi place à un monde habituel qui  grouillait en ce   lieu    estudiantin, démontrant ce va et vient des uns qui se dirigeaient en direction de l’ancienne université, d’autres prenaient le chemin de la faculté sise à proximité de la résidence .Ce beau spectacle était frappant du côté  des   journées sans  cesse  en rotation, marquant  un  mouvement  continuel  et  sans  fin  de  l’unique  journée  du  Samedi 28.06.2008 ;date historique marquant l’événement de la remise des attestations de réussite. Cette journée va certainement  disparaître  comme les autres jours et s’inscrire dans la liste du passé qui ne finit pas d’absorber ces petites créatures capables de reconnaître leur devenir ou leur futur dans un passé récent ; englobant ainsi l’image réelle et  authentique  de  la  désinvolture  du  temps. Et  graduellement  notre aspect physiologique se métamorphosera en  rapport avec  les circonstances  de la  vie pleine  d’obstacles. Des difficultés dues à l’être humain  qui s’oppose fermement à sa nature  de s’accepter soi-même  dans  le  domaine de la recherche d’une identité comparable à celle de son entourage. Voulant  rehausser leur statut social en essayant    d’augmenter leur prestige et  leur valeur  néanmoins assujetti  par  l’influence  du milieu, visant  la  perfection  suivie  d’une grandeur masquée et camouflée à  même de créer une démarche autre  que  la sienne. Quand la générosité ne tend   que   vers   la   gratitud   et  que  les  derniers  jours  sont  comptés ; les approches sont d’autant plus importantes, bénéfiques et efficaces pour sauvegarder les anciens souvenirs ; car le regret ne vient   qu’après cependant  ceux  et  celles  qui  de  tout  temps n’ont  cessé  de  faire  preuve  d’ingéniosité et de ferveur, se démarquaient   totalement   des    autres dans la révélation de leur point de vue positif. De telles interventions nécessaires sont favorables dans l’assouvissement  d’un  désir profond, celui   d’embrasser   le monde qui nous entoure, à partir de l’établissement de la communication. D’emblée ; j’ai pris le soin de les aborder avec rigueur et régularité au point de dire qu’ils étaient  audacieux, éloquents, spontanés ; utilisaient  un  vocabulaire riche, soigné et varié à  la   fois  avec  des  termes  pleins  de  sens qui renvoyaient au fur et à mesure à des images concrètes d’une réalité vécue c’est-à-dire vérifiée  dans    des situations réelles au niveau de la société. Il est évident de les simuler dans un cadre ou l’interlocuteur devrait être à la hauteur pour entreprendre un dialogue avec eux ; sinon le repli est conseillé car la prééminence de leur intelligence très élevée est   observable par la manière    de  gérer  leurs  mots  à  travers un phénomène de la pensée qui est lié étroitement  à l’action avec l’utilisation   de   leurs   différents sens   à savoir leurs sentiments et leurs visions de voir les choses dans leur neutralité. Je ne pouvais ni les contrarier ni m’empêcher de partage leurs points de vue fortement recommandés puisque leur argumentation était fondée et convaincante tant sur le plan de l’analyse que sur la déduction d’un état critique c’est-à-dire qu’ils avaient l’art de s’opposer à toute éventualité en faisant émerger leurs propres idées à même de déterminer efficacement leur point de vue contraire dans un cadre ou la logique était  de   prime abord. Ce genre de discours semble-t-il être partagé par la femme qui combat pour son émancipation, se voit écartée de la société voulant ainsi créer son propre environnement féminin sans appui de l’homme alors que les sentiments sont tout-à-fait autres dans la relation des êtres humains qui à l’origine sont de nature sociable et  vivant  en  groupe. Cet enrichissement  de  l’état  d’esprit appuyera  davantage  notre existence à nous adapter et à nous accommoder dans ces différents milieux où la femme exerce le   même rôle et  les  mêmes  responsabilités que  l’homme. Il  est  temps de  nous interroger sur la vie en groupe avec cette nouvelle vision du monde.


Dernière édition par kamel 25 le Ven 18 Oct - 22:32, édité 1 fois

kamel 25
Modérateur
Modérateur

Messages : 349
Date d'inscription : 11/04/2013
Localisation : Tiaret

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retraité "novice"

Message par Invité le Mer 16 Oct - 12:05

C'est très intéressant ce que vous envoyez ,cher ami ,vos expériences ,sur le champs ne peuvent etre qu'enrichissantes ,lire le vécu des anciens ,nous stimule et nous permet d'avoir une idée complète ,sur les facteurs qui les ont encouragés ,à tenir le coup ,malgré la différence ,en matière d'outils ou d'élèves,avec le peu de moyens  qui existaient ,à cette époque ,ils ont su exploiter le facteur humain et redonner ,à nos apprenants  cette envie ,de voir un monde meilleur ......cher ami ,surtout ,continuez ,à le faire ,nous attendons impatiemment , la suite de ces moments vécus ,par les éducateurs retraités , vous nous soumettez le fruit de ce que vous avez pu voir et expérimenter ,nous en tirons profit et les conséquences nécessaires ,pour chercher ,toujours  ,à etre  des enseignants modèles ,comme vous l'aviez été...............merci ,encore et toujours ,cher kamel ,pour ces moments inoubliables que nous suivrons ,avec vous ,sans cesse .......

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retraité "novice"

Message par abderrahmane 31 le Mer 16 Oct - 16:35

Kamel 25 a écrit :

"Il est temps de nous interroger sur la vie en groupe avec cette nouvelle vision du monde."
      c'est là où le bât blesse, cher Kamel, cette vie en groupe que nous n'avons pas pu gérer à bon escient ...si elle semble exister de nos jours, elle n'est que vitrine.
       Le jour où nous arriverons à aimer l'autre sans aucune distinction ( politique, sociale, religieuse ou idéologique ), nous nous insérons dans le groupe avec une même vision, une même optique profondément sincère.








[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
« On façonne les plantes par la culture, et les hommes par l'éducation » (Rousseau).
avatar
abderrahmane 31
Modérateur
Modérateur

Wilaya d'exercice : oran
Messages : 930
Date d'inscription : 12/05/2013
Localisation : oran

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retraité "novice"

Message par Invité le Mer 16 Oct - 17:16

Entièrement ,d'accord ,avec ce que vous avancez ,cher abderrahmane ,c'est le sommet de la pensée humaine ,vivre pour le groupe ,pour les autres ,etre à leur écoute ,s'insérer dans le groupe et avoir une pensée ,envers autrui ,c'est ce qu'il y a de mieux ,pour vivre bien soutenu .........l'égoisime  c'est mourir seul ,quel avenir !!!!!!!!!!


Dernière édition par sellami kamel le Lun 9 Déc - 15:56, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retraité "novice"

Message par kamel 25 le Ven 18 Oct - 22:40

Merci Kamel et Abderrahmane d'avoir eu le plaisir de lire cette aventure de l'écriture qui en faîte n'est qu'un essai de vouloir transmettre au jeunes la mission de l'ex- éducateur que j'étais,ressuscitant ainsi mon passé de ce métier si noble soit-il...

kamel 25
Modérateur
Modérateur

Messages : 349
Date d'inscription : 11/04/2013
Localisation : Tiaret

Revenir en haut Aller en bas

le retraité"novice

Message par kamel 25 le Ven 25 Oct - 8:13

](suite) le retraité « novice »
"Le silence est d’or, la parole est d’argent".L’émergence d’une telle initiative  dévoile une réalité distinctive de la femme instruite qui combat pour   l’égalité, un  but désiré  de  se  revaloriser, de  se  reconsidérer à travers un champ large de la parole, introduisant ainsi le rôle de la communication qui insère un dialogue libre dépourvu de toute contrainte                                   
                      Le Temps  ne pardonne pas…
Non loin de la faculté, la circulation s’intensifie et s’amplifie dans le croisement des rues menant à la résidence des  filles  et  des  garçons, une  vue  panoramique  se  dessine à  la sortie pour  compléter ce beau tableau à l’extérieur de l’université. Les bus  en direction de la S.N.Métal démarraient par intermittence faisant apparaître ainsi le mouvement  de  leur  trajectoire  quotidien, d’autres  prennent le  chemin vers tous les lieux,Sougueur, Bouchékif, Karman .Ce fourmillement de personnes  marque uniquement la symbolique du travail et des études d’une part mettant en relief la référence au temps qui n’est qu’éphémère. La désinvolture et  l’abstraction  du temps semble être ignorées ou encore, elles ne sont qu’illusion à même de déterminer une réalité conforme au vécu  de  tous  les  jours  c’est-à-dire  une scène réelle où se  rencontrent les uns et  les autres dans ce lieu. Combien de  fois, combien  de  jours, combien d’années se sont passées dans la faculté, le temps demeure et conserve toujours le même entrain, faisant  l’oubli  des  uns  par  rapport à d’autres. Ces  mêmes  bus  roulent marquant  leur  passage  selon un  programme  bien  structuré, de minutes en minutes  du temps  auquel  ces  petites créatures sont assimilées pareil à la seine qui coule sans arrêt et sans fin. La renaissance est là sous nos yeux  à  travers les  nouvelles  générations, la vie continue avec nous  ou  sans nous. L’homme se mesure  par  le fil du temps puis disparaît à jamais, laissant ses empreintes en ces lieux inoubliables dans son répertoire, un souvenir, des souvenirs au  pluriel enveloppent son  esprit. Dès lors, je pris conscience que  le temps reste le seul et l’unique maître, sans doute la séparation viendrait à bout des amis de toutes parts ; une vraie découverte à mon âge d’autant plus que j’ai  admiré mon  passage à  l’université d’avoir  connu  cette nouvelle floraison des jeunes. Et comme je l’avais remarqué, j’ai pris le pli dans mon village à remémorer ces anciens souvenirs qui m’ont marqué. Seul devant l’écran de mon ordinateur à écrire ces petits mots qui traversent mon cœur, défiant la solitude par l’écriture de cette belle aventure du temps passé du retraité à l’université. Séparation exige, je dus conserver  une image bien structurée de leurs physionomies sans doute très chères effacées par le bon vieux temps. La renaissance prend son train à travers eux, chacun de son côté, à l’écart de tout contact aussi utile soit-il. La seine coule toujours, engloutit tout sur son passage ; pareille  au temps qui reste solennellement éternel en désarmant le petit monde du vivant.
L’amour des uns  était  réel mêlé un tant soit peu avec de la tendresse qu’éprouve les personnes de mon âge, il s’en va prenant le large vers d’autres horizons où le monde est construit au futur proche pour certains tant qu’ils possèdent ce charme qui leur sert d’atout. Mais de tout temps, l’on s’attend au pire lorsqu’on croise ceux ou celles qui parsèment leur point de vue contraire aux normes de la société à vous dicter le chemin à suivre, la logique se veut être palpable, visuelle, concrète pour répondre à un besoin naturel de la vie. La vie n’est en faîte qu’une non-vie en relation avec le temps qui ne pardonne pas. Vivre la seconde, la minute  en pleine harmonie avec soi et avec le monde qui  vous entoure c’est-à-dire en pleine réconciliation avec autrui. Un moyen de pouvoir « l’aimer » comme on aime soi-même dans le prolongement d'un avenir sain,sans peur de découvrir des apparences trompeuses.Alors,un réconfortement de l’âme s’installe et s’érige vers le ciel au moment où l’on se libère de tout préjugé.


kamel 25
Modérateur
Modérateur

Messages : 349
Date d'inscription : 11/04/2013
Localisation : Tiaret

Revenir en haut Aller en bas

le retraité"novice

Message par kamel 25 le Jeu 14 Nov - 20:12

L’optimisme

Dans la vie, on ne  peut s’isoler car l’isolement désigne la parole intérieure qui appelle notre conscience à vivre uniquement son passé et le plus souvent ressusciter les moments inoubliables pour reprendre un nouveau souffle, tant que le désir existe. Elle traduit des moyens d’expressions spécifiques dus à l’être humain de ne pas se sentir seul, l’intégration d’une voix intérieure par le biais de l’âme c’est-à-dire l’intuition qui réconforte l’individu à utiliser ses différentes parties de son corps et ses différents sens, d’éprouver sans cesse cette joie intérieure, celle d’autrui, de pouvoir partager sa tristesse, sa peine. L’optimisme se veut s’étaler et s’écrire même par de petits mots qui soulageront ces cœurs déprimés par lequel il installera peut-être cet effet psychologique à bien des collègues, particulièrement à un  collègue  dont le père s’est retrouvé handicapé à la suite d’un accident. Partager la mission noble de l’enseignement à celle d’être au chevet de son père demeure une tâche pénible et tous les jours, je le vois lutter contre son sort d’une manière discrète.             
     
Dans ce ciel étoilé ; ce firmament lumineux qui éclaire l’univers ou jaillit cette lueur à travers l’astre qui domine  cet espace immense et sans  fin.  L’homme  revêt  cette  nature  dans  un  comportement tout-à-fait semblable pour s’harmoniser complètement avec cet aspect nouveau. Un habillage donnant l’espoir de la résurrection des vies en désespoir où le soleil est en voie de se lever pour ceux dont les cœurs sont fragiles ou même inertes. Ces moments de fierté se distinguent de l’assemblage quotidien de cette apparence qui enveloppe constamment l’individu. Cet état  devient régulier à travers le temps durable et monotone en paradoxe avec l’optimisme qui offre l’avantage du bien-être dans sa jouissance personnelle au-delà de chaque préjugé. Il réconforte ainsi ce vif plaisir dans sa solitude quotidienne en rapport avec sa propre vision de goûter cette joie; une subjectivité partielle de la pensée. Le bonheur n’est qu’en fait symbolisé par la pensée qui l’incarne par des formes abstraites ou imaginaires alors que c’est un don en soi, satisfait ce vide auquel nous sommes attirés par notre ambition d’accéder à un monde meilleur, sans pour autant arriver à le définir. Cette relativité de rechercher le « soi » à travers l’autre se traduit par la foi; la générosité; la gratitude qui insère l’individu dans un milieu d’espérance ou la bonne parole filtre les cœurs désespérés. En revanche, la générosité ne connaît que la gratitude auquel on est assujetti par notre allure ou notre posture qui cherche vainement l’idéal; solennellement enfoui et profond comme la profondeur de l’océan et laisse le paraître jouir de ces instants favorables à se démarquer dans ce milieu étrange ou seules les vagues  qui se déferlent  l’une après l’autre sont totalement observables pour venir s’échouer sur les côtes. Cet aspect du non-être reflète la non cohérence de l’être qui prime démesurément dans toute société. Apparemment  l’individu est généralement confronté à ces divers obstacles de la différence en ces lieux c’est-à- dire la divergence de l’humanité entière ou chacun s’enferme à huit-clos dans sa manière de gérer sa pensée. Toute ressemblance de l’homme étant parfaite dans l’acception d’autrui à travers une attitude ou se lient des liens fondamentaux et universels par rapport à l’environnement sociologique et culturel donnés ; unis au temps qui appelle « demain » l’insaisissable, réel à la fois pour demeurer seul dans son futur. La vie par déduction est une non vie où l’esprit flotte à la recherche d’un jaillissement de lumière qui pénètre nos cœurs pour les illuminer. Ce rayon de lumière se développera dans ce temps enfoui pour arriver à Demain; l’ultime moment de rendre le futur en pleine effervescence dans l’accès de profiter de ces moments de joie qui offre un soulagement fortement psychique et moral selon la constitution de l’être en provoquant un accord de bien-être affecté par la relation corps et âme bien souvent contradictoire. C’est grâce aux sentiments de confiance que pénètre cette vive impression de nos sourires chaleureux dans la révélation d’aimer son prochain dans le salut de l’homogénéité de l’être en général à travers le déclenchement de nos diverses sensations qui traduisent essentiellement le bien-être. Cet état de l’être qui perçoit les choses positivement a tendance à penser du bien des gens qui sont remarquablement souffrant et en pleine décontraction physique. Un apport qui se veut établir le rejet de l’effet du pessimisme à la personne en question c’est-à-dire prendre la vie du bon côté, ne voir que les jours heureux, à lutter contre le désespoir, la déception, la démoralisation ou l’accablement, une mise à jour devrait rejeter ce vocabulaire en « noir » et établir une confiance certaine  dans de telles conditions à faire son bonheur.

 

 
                      
 

kamel 25
Modérateur
Modérateur

Messages : 349
Date d'inscription : 11/04/2013
Localisation : Tiaret

Revenir en haut Aller en bas

le retraité "novice"

Message par kamel 25 le Dim 8 Déc - 20:48

    
Célébration d’une journée historique au CEM      
Le Jeudi 11.12.2008 ; date marquant l’événement qui relève des journées  inscrites  dans  l’histoire  de  notre  pays par  le  déclenchement  d’un mouvement protestataire des jeunes de la révolution des deux rives  frontalières. Des manifestations  grandioses de l’année 1961 ont engendré  une révolte liée aux droits de l’homme en partie réservée à l’indépendance de l’Algérie  colonisée  depuis  1830. Cet  état  de  fait appelle notre conscience à rappeler cette journée afin de transmettre  aux jeunes d’aujourd’hui le message  de  la  liberté fondamentale  des pays colonisés .D’une part, la notion de connaître les personnes célèbres qui ont fait l’histoire et ceux qui  se  sont  sacrifiés  pour que   vive l’Algérie indépendante. D’autre part ; tous les professeurs et  à  leur  tête   Mr Le Directeur  se  sont  penchés  sur  la   préservation de  cet événement historique en invitant les élèves des niveaux de 4AM à restituer l’histoire elle-même par une  rencontre  interclasse  dans  la salle des conférences habituelles. Par ailleurs ; cet échange favorable élargit les connaissances des  élèves   en  vue  d’améliorer  leur niveau  pour acquérir un niveau potentiel. Cette situation a été vivement applaudie par de nombreux élèves qui ont sollicité recueillir  l’originalité  des  faits des grandes personnalités algériennes  en rapport avec les grandes formations politiques qui ont servi le pays à cette époque pour  s’unir en dernier lieu et n’en former qu’une seule c’est-à-dire le F.L.N. Cette union a mis fin au règne du  Général  De  Gaulle  qui  a  déclaré  dans  une  de ses  allocutions : « Je  vous  ai  compris »  phrase  bi-sémique  dont   le  sens  reste  encore  à  définir. L’apport  d’une  telle  approche  a remarquablement fait surgir de brillants élèves dans la manière de gérer  leur  savoir-faire  en  confrontation  avec l es  différentes  questions posées non seulement en matière d’histoire mais aussi dans les autres disciplines. La déduction des faits historiques de notre pays  revêt un caractère national ; ce patrimoine se traduit par l’insertion des jeunes d’aujourd’hui  à connaître davantage leurs ancêtres à  travers l’histoire. Les trois groupes ont su cependant améliorer leurs connaissances grâce à ce genre de questionnaires basés sur le  programme  et  sur  leurs aptitudes pour en être félicités  en dernier lieu par un résultat positif, faisant ainsi émerger la 4AM1 suivie des deux autres consécutivement la 4AM2 puis la 4AM3. Ce processus établit une logique à adapter l’enfant dans un environnement sociable ou la réaction est positive au sein du groupe. Ce climat génère la mise à niveau de l’ensemble  des élèves par une réception d’écoute qui reste pour le moment une compétence à développer. MM. Mnaouar, Slimane ;  Professeurs d’histoire ont collaboré d’une façon logique à remémorer cet événement par des références historiques de cette journée remarquable. Toutefois les séances ont été  intercalées  par  des  chansons ; des devinettes ; des poèmes etc. …Cela a permis de mettre en valeur la position de l’une d’elles dans un rang de 1ere classe par rapport à  sa  voix  pleine  de  mélodie et de rythme. Cet état de fait a engendré la prise en partie d’un dialogue en Anglais de deux petites filles  qui ont charmé le public par leur manière d’agir ; une compétence à développer dans ce domaine avec celle du Français qui n’est pas à négliger. Cependant l’attrait principal de  cette rencontre est la révélation  des  faits  historiques  aux  jeunes  d’aujourd’hui  pour  en  faire  l’homme  de  demain  en  relation  avec  son environnement qui justifie d’une connaissance approfondie au niveau de l’histoire.Grâce à une définition claire des objectifs, certes mesurés au niveau réel de l’apprenant pour le guider davantage vers  des  connaissances  nouvelles  dans  l’acquisition  de  certaines  approches  lui permettant d’accéder vers un niveau potentiel et à enclencher un processus  d’apprentissage de manière à  le  maintenir  orienté  vers  des recherches perpétuelles. Comme l’élève a le droit à l’instruction, aux conditions de travail, à l’éducation, à s’exprimer et en plus d’être écouté ; le professeur lui aussi a ses droits ; de bénéficier des conditions de travail, il peut se tromper, exiger le travail de ses élèves et d’être lui aussi respecté.
             Le retraité est un ancien combattant du Moyen-Orient
Les professeurs d’histoire et en particulier MM Mnaouar et Slimane n’ont pas manqué de m’inviter à cette occasion pour  faire une  révélation jusque-là oubliée de la guerre 73, le retraité n’est autre qu’un ancien combattant,  disent-ils à leurs  élèves avec une  certaine  confiance  en expliquant d’une manière logique des faits de cette période.Simultanément mon intervention était bénéfique  pour vérifier les données de ces moments historiques. Dès lors, les élèves prirent connaissance de cet événement, relisant de nouveau le passage des Algériens au Moyen-Orient, très jeunes à l’époque, les anciens combattants ont suivi le chemin de leurs ancêtres afin de préserver la paix dans le monde. Un témoignage qui éclaire mieux les professeurs au sujet d’une réalité jusque-là  ignorée et  ma présence était intéressante pour démontrer un fait historique de notre participation. En effet, tous les renseignements au niveau de mon identification étaient justifiés par des documents officiels. De Téléghma (Constantine) au Canal de Suez (Egypte), le 06 Octobre 1973, la 8eme BB s’est déplacée en renfort dans la guerre des six jours. En effet, à l’âge de mon vingtième anniversaire, j’ai assisté en tant que combattant dans l’une des guerres comparables aux deux guerres mondiales. En revanche, aucune reconnaissance n’a été faîte pendant quarante ans malgré le discours lancé au début de notre  départ par le président de la république.
La séance prit fin avec un hommage à ces valeureux guerriers tombés au champ d’honneur  pareils  à leurs prédécesseurs  qui ont montré leur bravoure à l’indépendance de l’Algérie .
[justify]
[/justify]

kamel 25
Modérateur
Modérateur

Messages : 349
Date d'inscription : 11/04/2013
Localisation : Tiaret

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retraité "novice"

Message par Invité le Lun 9 Déc - 15:55

Merci ,infiniment ,cher  ami  ,pour  ces  moments historiques ,de  notre pays ,vous avez le mérite  de  nous  les  faire revivre ,à travers  votre vision et  vos témoignages ...........

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retraité "novice"

Message par kamel 25 le Sam 21 Déc - 20:41

Une  journée de formation bien spécifique
 L’accent est  mis  en valeur sur la nécessité  de la relation des professeurs d’une part et des enseignants du primaire d’autre part dans la prise en charge totale d’une pédagogie certaine et progressive  aux deux cycles c’est–à-dire dans un processus de remédiation constante de toutes les difficultés rencontrées à travers le parcours  scolaire de l’élève.  En effet, il y a lieu de signaler la position des enseignants du primaire avec en tête  leur directeur qui devront  solliciter des rencontres  par l’éveil de tout un chacun dans l’exercice de leur métier et de plus  dans l’élargissement de leur connaissance à travers des éclaircissements au préalable justifiées à partir d’une discussion globale due à un  raisonnement logique des enseignants. Cette formation était distincte, spécifique de celles qui ont précédées. La convergence des idées était parfaitement établie entre eux. Il se dégageait, en revanche le point central du thème car il s’agissait effectivement de l’enfant qui posait une problématique en faisant à lui seul un objet d’étude ; donc l’enfant lui-même était une question et que l’enseignant devait probablement trouver au moins une  réponse c’est-à-dire une solution permanente pour déterminer une pédagogie certaine, durable dans le temps, pouvoir ainsi prendre en main  toute situation éventuelle .Afin d’adapter ses leçons à son niveau et de le rehausser grâce à l’établissement d’une concordance d’opinion mise en œuvre par l’apport favorable de tous les professeurs présents qui doivent recenser les points sensibles telles que les divergences et les convergences qui existent et surgissent parfois dans la discipline de mathématiques au niveau primaire pour faire émerger les causes qui font obstacles à l’apprenant ou à l’élève en vue d’adopter une méthode saine leur permettant de l’appliquer en classe à savoir les nombres décimaux avec l’emplacement de la virgule à droite ou à gauche pour déduire le dixième ou le centième près ainsi que la prise de position du matériel utilisé en maths, l’équerre, le rapporteur dont bénéficient les élèves dès leur première rentrée scolaire. C’est à la suite de toutes ces observations  que la plupart des enseignants sont parvenus néanmoins à établir une stratégie au niveau  de la préparation d’une démarche pédagogique ; en plus à connaitre davantage l’enfant du Primaire à celui du Moyen Cette progression d’un niveau inférieur à un niveau supérieur s’insère dans le développement intellectuel de l’enfant en vue de le préparer à l’avenir qui est pour nous un passé .Il est constaté que l’enseignant  doit préserver la juste valeur de l’apprenant en prenant soin à le concevoir en tant qu’enfant dans ses manières qui lui sont propres. Ce niveau mental de l’enfant  nous impose à réfléchir sur son devenir par rapport à son environnement nouveau plein d’information ou tout semble « bouger » ; le monde pour  lui  est  en  nette effervescence ; en nette ébullition ; en nette activité  alors que nous, notre devoir est de lui transposer ce milieu pour le rendre favorable mais l’habitude, la routine de la vie nous fait défaut en  nous intégrant dans un climat de stagnation tout-à-fait un paradoxe du quotidien de l’enfant ;ainsi il est appelé à ce que le savoir institutionnel ou enseigné doit dépasser l’enceinte de l’école pour la transmission d’un savoir agir certain ,parvenir à partager son savoir-faire et ses connaissances dans la société elle-même pour en faire une compétence au niveau des ses acquisitions antérieures et de les intégrer dans son nouveau milieu. Comme l’ont indiqué nos collègues de l’enseignement primaire, la difficulté de la production écrite pose problème et réside dans le non savoir acquit des élèves qui sont perturbés par l’arabe dialectal appris dès leur naissance c’est-à-dire la mise en valeur de la langue maternelle  qui est mise en priorité par rapport à l’arabe classique étudié en classe. Les interventions faîtes à ce sujet ont démontré que l’ancienne école était de taille et a pu faire émerger des  écrivains, des poètes  à l’exemple de « El Mutanabbi » par ses œuvres distinctives qui ont jusqu’à ce jour leurs poids. A cette période et en ce siècle, l’être humain faisait appel à sa conscience, à sa  propre réflexion c’est-à-dire qu’il  «  pensait  » seulement sur l’avenir, un futur semblable au présent actuel « construit » je dirai visible à l’œil nu prêt à éliminer le stade de l’imagination, un monde réel qui pour nous était un rêve, oui un rêve et nous rêvons encore, faut-il fuir cette réalité ? Comme nous le constatons. La télévision ; le portable, l’outil informatique, les vaisseaux spatiaux, les dessins animés ; les films d’actions, tout est miniaturisé d’où nécessité oblige, la transformation de notre esprit en vue de réaliser notre « avenir à nous au lieu de le fuir » ou qui semble nous dépasser à cause de notre passivité  et notre stagnation. Il est concevable de trouver le moyen d’ « agir », chercher les moyens de bord pour préparer l’enfant à se mesurer avec son temps et son environnement nouveau. Si  dans la discipline  de la littérature arabe l’enfant trouve des difficultés pour élaborer une production écrite alors que dire de la langue française qui est totalement une langue étrangère parce qu’enseignée uniquement à l’école ou l’environnement est presque partiel où l’enfant est émargé de la société. Cette société n’est guère favorable pour l’enfant parce qu’il ne recueille que quelques notions  en classe. Donc le seul milieu est la classe ou se transmet le dialogue entre l’enseignant et l’enseigné en cette matière ; cela démontre à combien la tâche est difficile pour trouver des solutions au niveau de la communication mais en collaboration constante avec nos collègues  du primaire, nous pouvons veiller  à l’apprentissage des notions élémentaires de base à partir d’un niveau réel bien acquis. En fait la détection de toutes les approches psychologiques, physiologiques ; intellectuelles de l’enfant pour une démarche pédagogique progressive. Il est nécessaire de faire la remarque sur le manuel scolaire qui est une entrave pour l’apprenant qui ne fournit pas d’effort de lire ces textes aussi longs ;il est préférable de faire un choix pour leur bonne compréhension suivi de l’initiation des projets en harmonie avec leur milieu en vue de les réaliser  ainsi l’élève aura la faculté de regrouper ses connaissances de savoir les mobiliser dans un savoir-faire c’est-à-dire avoir une aptitude ou une performance dans le domaine vaste posé actuellement à la réalisation d’un projet. C’est dans ce cadre que nous nous efforçons à conjuguer nos efforts dans le bienfait  d’une orientation positive de la société. Davantage MM les Directeurs  ont mis toutes les dispositions  à la réussite de cette rencontre pour en tirer profit de  l’éveil de l’esprit tout un chacun dans la rénovation des connaissances  et dans la valorisation de la recherche pédagogique aux deux cycles primaire et moyen  de la commune de Sidi Abderrahmane où l’enfant est destiné à devenir le citoyen du futur.

kamel 25
Modérateur
Modérateur

Messages : 349
Date d'inscription : 11/04/2013
Localisation : Tiaret

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retraité "novice"

Message par Invité le Sam 21 Déc - 21:46

Merci ,infiniment ,cher kamel ,pour cette analyse complète et pour ce tour d'horizon relatif ,à l'apprentissage et ses besoins impèratifs ,pour espérer préparer  le citoyen du futur ,comme  vous le dites si bien ..........

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retraité "novice"

Message par kamel 25 le Dim 22 Déc - 21:02

Merci,Kamel pour ce tour d'horizon relatif au domaine de la recherche pédagogique qui je pense vous donne l'envie et à tout un chacun de suivre cette aventure de l'écriture.

kamel 25
Modérateur
Modérateur

Messages : 349
Date d'inscription : 11/04/2013
Localisation : Tiaret

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retraité "novice"

Message par Invité le Dim 22 Déc - 21:11

Plutôt ,ce sont nous les membres de ce forum qui vous remercient ,pour  ces beaux  moments d'écriture et dont  vous etes le  seul ,à maitriser les techniques ,personnellement ,j'aurais  bien aimé ,avoir des bribes  de votre savoir -faire ,en matière d'expression et d'écriture ........

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retraité "novice"

Message par kamel 25 le Ven 21 Mar - 5:22

            Le séminaire
Les professeurs nouvellement recrutés  dans le corps de l’enseignement ont été invités à un séminaire dans le but de se préparer à l’épreuve écrite du 17.02.09 qui permettra de tout un chacun d’en tirer profit du CAPEM c’est-à-dire l’avantage d’une titularisation au bénéfice de l’intéressé  lui-même , le « retraité » s’en va sans gêne passer  ces moments  « rares » de sa vie pour assister à cet évènement en s’intégrant  dans un nouveau corps pour entamer le sujet actuel  de la maîtrise des concepts fondamentaux de l’enseignement mis en relief par l’intégration des approches par compétences dans le système éducatif Algérien basé sur des réformes au niveau pédagogique. Le « retraité » découvre ces importants changements qui ont été élaborés avant 1998  introduisant l’approche  par compétence dans les nouveaux programmes   comportant ainsi des méthodologies de compréhension (orales et écrites) suivies d’autres compétences linguistiques telles que les séances de Vocabulaire, grammaire etc.  Paradoxalement à «  l’ancienne génération » qui a reçu une formation  en relation avec  les contenus  différente de celle-ci. Cette approche se voit empirique par son apport thématique constituant ainsi l’assimilation d’un savoir savant ; réduit uniquement au niveau scolaire. La 2eme étape a commencé dans les années 1970 où la rupture était totalement mise en valeur par l’installation d’une pédagogie par objectifs dans lequel notre enseignement ; basé sur des comportements à développer chez l’élève en employant «  la Taxonomie de Bloom » afin de lui permettre l’apprentissage dans une perspective fonctionnelle à la recherche d’un vocabulaire usuel.   De plus ; les sociolinguistiques se sont intéressés à cette approche dans un objectif déterminé celui d’inculquer à l’apprenant le besoin de réinvestir son savoir  à l’extérieur en relation avec son environnement.  En effet ; on définit la compétence comme un ensemble de savoir et de savoir-faire. Un système de connaissances, conceptuel et procédural qui permet l’identification d’un problème et le résoudre par des  actions en quelque sorte lier la pensée à l’action par l’effet simultanée d’un savoir-agir efficace. Un domaine professionnel où se définissent essentiellement des prérogatives de chacun dans l’exercice de son métier comparable  au mécanicien qui par expérience arrive à résoudre tout problème appartenant à la mécanique à cause de sa haute qualification et à sa performance vis-à-vis de sa connaissance approfondie du « moteur ».Cette maîtrise des pièces de  rechange    et    de    leur emplacement ;complètement assimilés provoque un comportement machinal chez un homme de métier  où l’on considère « qu’à l’œuvre ;on connaît  l’ouvrier ».Ce reflet présuppose celui de l’enseignant à travers son métier pour s’en intégrer profondément dans les diverses connaissances afin de jouir de toutes les opportunités présentées dans ce domaine pour arriver à simplifier le plus possible les leçons et pouvoir les adapter au niveau des apprenants. L’enseignant doit en tirer profit de son savoir-faire dans la résolution des problèmes constatés durant leur formation scolaire. Cela lui favorisera un changement radical dans des nouvelles données tout-à-fait mises en forme avec la situation vécue pour assouplir une langue étrangère à l’apprenant qui sollicite un « réconfort » de la part de son professeur donc c’est un système de connaissances enfoui dans la traduction d’un savoir conceptuel et procédural qui engendre en premier lieu un savoir déclaratif acquis antérieurement ;stocké dans nos esprits ;efficace dans des moments perspicaces  c’est-à-dire l’utilisation rapide afin de le redire ;de le déclarer brièvement par rapport au savoir procédural qui demande des réflexions  à partir de procédés comme une recette où  de nos jours la femme se voit disposée à suivre toutes  les différentes étapes d’une recette  dans la préparation d’un gâteau succulent, disposition nettement claire ,visible à l’œil nu mettant seulement la mise en application de l’ordonnance, d’où   l’établissement d’une plat préféré. Certaines d’entre elles peuvent être automatisées grâce à une routine de la vie où « l’habitude » demeure maitresse de nos gestes  quotidiens qui impliquent parfois des actions involontaires et incontrôlables, non liés  à la pensée pour devenir automatiques à l’exemple de l’éclairage d’une chambre durant la nuit. Ce fait revient à ce que notre esprit cherche à simplifier à réduire et à économiser les données personnelles pour aller droit au but donc «  l’automatisme » s’est installé de façon logique aux choses importantes d’où l’éveil en ces cas est fondamental. Capté ou accroché par quelque chose ; on se demande parfois l’omission toutefois imperceptible d’une autre chose pour la bonne raison valoriser l’une par rapport à l’autre selon un certain degré. Les connaissances conditionnelles ou circonstancielles répondent à ce genre de questions quand et pourquoi ? Certaines  d’entre -elles répondent à des conditions à l’exemple « Tu rentres dans une pièce, le constat est fait d’après l’habitude et la routine de la vie, les mêmes manières se répètent, froid, chaleur, colère, rire parfois, un rythme qui ne peut se séparer de l’être »  donc  on vit par « habitude », qu’est-ce-qui emmène mon cerveau à citer ces états de fait c’est qu’il est soumis à une condition. On réagit selon la situation présentée qui nous oblige  à prendre acte de la chose : allumer le poêle pour avoir chaud c’est-à-dire l’utilisation des connaissances stockées dans notre mémoire ; un savoir conditionnel suivant la famille de situation descriptive parfois itinérante, statique ou celle d’un portrait c’est-à-dire raconter le réel à travers une étude biographique en identifiant un problème. Dans le physique, je m’intéresse à l’aspect, le moral ; arriver à une action efficace pour laisser des traces dans l’acquisition d’une performance voulue ; ce comportement s’acquiert dans des productions orales ou écrites  en installant des compétences à chaque niveau à même de définir le programme selon un référentiel en 1ere année qui nous demande d’apprendre à l’élève de raconter des récits ou des contes. Cet état de fait implique le professeur à installer des compétences dans la transmission d’un ensemble de savoir, déclaratif, procédural ou conditionnel chez l’apprenant.   La visée d’un texte descriptif c’est parvenir à une explication en décrivant un lieu ; une classe, une école ; un établissement. Transférer un savoir ; c’est pouvoir le partager avec d’autres dans un but déterminé celui de donner une part à chacun d’eux. Et l’on considère que l’apprenant est un «  associé » ; responsable de son apprentissage. L’apprenant est devant une situation problème qui exige un éveil constant d’une remédiation possible à travers une pédagogie différenciée où l’enfant se voit pris en charge au sein du groupe.   Il faut utiliser des affinités au niveau du groupe et prendre en conséquence l’environnement de chacun. Le projet devrait-être socialisé dans la mesure où leur production serve à quelque chose .En conséquence, ce travail devra être conservé dans la bibliothèque de l’établissement pour amener l’apprenant à l’imitation et à l’émulation .Cette recherche documentaire aide l’enfant à « récolter » des informations à partir de son environnement.  Notamment, le respect des objectifs répond à un besoin dans lequel dépend le profil visé de l’enfant de demain où nous sommes confrontés à élaborer des objectifs « spécifiques » et non généraux intentionnellement conçus à l’identification des textes  par des indications temporelles précises et d’un vocabulaire bien assimilé, fonctionnel dans l’utilisation des mots usuels qui convergent vers la production écrite. Cette pédagogie essentiellement acquise provoque le rapprochement efficace de tout enseignant en mesure de satisfaire le besoin de l’enfant au niveau psychologique en l’amenant à s’intéresser vivement aux leçons et à la discipline elle-même. Cette confrontation sera ressentie par la plupart des élèves par rapport à leur professeur qui doit expliciter leurs travaux en dehors de la classe. En fait l’obéissance  à ces règles fondamentales de l’éducation est fortement demandée dans la transmission de tout savoir pour parvenir à une inter - compréhension élargie au niveau de la société afin d’agir sur l’autre par des mots convaincants. Cette faculté d’agir sur les esprits semble la plus efficace pour obtenir de meilleurs résultats dans le domaine de l’enseignement qui de nos jours est en plein « recul ». 
    

kamel 25
Modérateur
Modérateur

Messages : 349
Date d'inscription : 11/04/2013
Localisation : Tiaret

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retraité "novice"

Message par Invité le Ven 4 Avr - 20:36

Que le bon dieu leur vienne ,en aide ,ces jeunes recrutés ,il faut qu'ils  soient  ,à la hauteur  car la mission qu'ils  auront  à occuper est des plus nobles mais  surtout des  plus difficiles.............

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retraité "novice"

Message par kamel 25 le Sam 26 Avr - 10:10

L’épreuve écrite
Cette journée est une journée bien distincte, elle revêt un caractère spécifique où  le retraité ressent les mêmes émotions de ses camarades en se demandant  s’il  allait réussir. Accompagné de tous les anciens universitaires, des visages connus  à  peine  et d’autres transparents par une longue période passée ensemble, quatre années  de  mon existence  se  sont  écoulées à  les  connaître  de  mieux  en  mieux, des  physionomies auxquelles je me suis attaché profondément. Je savais par les temps qui viennent qu’ils vont disparaître à jamais et ce sera pour moi la grande désolation de cette   séparation. Aussi, je prenais tout mon  temps à   discuter  de  cette  épreuve  si  attendue  par  les étudiants où l’avenir est mis en jeu. Nous rejoignons les salles bien ordonnées  et   j’ai senti pour la première fois un embarras de m’avoir jeté dans ce labyrinthe. Effectivement la couleur de mes cheveux  ne ressemblait guère à celle des autres. Mon âge se mesurait à l’œil nu, des regards furtifs dans la salle.    -« Un  retraité   est parmi nous »- crie l’un d’eux, je continue  mon  aventure  de  l’écriture à  ne  pas rendre la feuille blanche. Mon passage a été une marque en ce lieu, une épreuve menée à  sang  froid.  Le  sujet  abordable  d’ordre  pédagogique  a  facilité  ma  tâche, je  dus m’acquitter aussitôt pour sortir le premier. L’histoire du retraité  mis  à  l’épreuve vient d’être écrite par cette journée du 17 Février. Une titularisation  en  fin  de  carrière s’avère inutile et désormais j’ai pensé à prendre le pli en  s’ouvrant  sur  le  monde  des écrivains, ainsi j’ai tourné la page  en  m’insérant  parmi  les  grands  auteurs  d’Oniris.  Là,  je commence une nouvelle vie à partager mon point de vue,  semble-t-il  bénéfique pour les uns de l’autre rive méditerranéenne à savoir Mary et François qui acceptent fort bien mes écrits et partagent mon avis  dans cet espace. Sincèrement je leur  porte  tout mon respect, de message en message, j’ai suivi cette démarche pour  comprendre  le monde des vieux qui doivent inscrire leur position avant d’être embarqué. La  langue maternelle joue un rôle important dans ce milieu  et  est  favorable   pour  eux  dans  la façon de communiquer, elle leur donne la possibilité de lier la pensée à l’acte  de  toute énonciation, une manière de se faire distinguer par rapport à nous qui utilisons la langue Française comme langue étrangère

kamel 25
Modérateur
Modérateur

Messages : 349
Date d'inscription : 11/04/2013
Localisation : Tiaret

Revenir en haut Aller en bas

Le retraité"novice"

Message par kamel 25 le Mer 21 Mai - 19:54

Le message [/b]
Ce jour là, bien que je pense à eux au-delà  des  frontières,  j’attends avec impatience l’arrivée d’un petit  message  sur le coin de la page  d’accueil. Quelle joie, de le trouver, flottant  comme un  drapeau  emporté  par  le  vent, simulant ainsi  la présence d’une bonne nouvelle  dès   son   ouverture.  A  ce moment  précis, mon  esprit  se  laisse  aller   dans   un   ailleurs   à   deviner  l’expéditeur .En effet, les apparences sont trompeuses, dire que celui auquel  je ne m’attendais pas fût le premier à me faire part de ses profonds sentiments. Je l’ouvre, j’observe du coin de l’œil, au milieu du message, je lis « Bonjour  Kamel ».L’auteur du message mentionnait à son tour un long paragraphe .Il ne s’est pas empêché de m’éclairer  sur certains mots  en utilisant  sa  manière  habituelle de joindre l’utile à l’agréable. Aussi, ma passion fut  grande  d’être  soutenu. Je  me réconfortais  de jour en jour, à jouir de ces instants  ultimes  dans  la  réalisation d’un projet : l’écriture d’une nouvelle qui ressemble à celles des grands chevaliers d’Oniris.  Cette  ambition  était  de  taille  avec  une  syntaxe  approximative , je demeurais tout  de  même  hésitantà  prendre  une  telle  mesure.Divergence  et  convergence,  fondamentalement   nécessaires  pour   un  commentaire   furent développées par les deux antagonistes. Un débat fructueux et convaincant dans un but visé « apprendre à partir de l’autre ».
Je m’habituais peu à peu à reconnaître les endroits les plus  fréquents  alors  que ma position statique m’impose d’être toujours assis devant l’écran. Je transcende cet  espace  en  un  champ  expérimental  d’écriture. La  création  de   ce  nouvel environnement me paraissait étrange mais il me semble que de l’autre côté de la mer, un vrai trésor est caché quelque part dans  ce  fourmillement  de  mots  que nous cherchons. Un livre,  une  nouvelle  vous  fait  partager  les  sentiments  de  l’autre à travers l’écrit, dans un objectif déterminé ; la faculté  d’instruire  autrui par de simples messages. Je lève les  yeux,  je  constate  le  scintillement  d’un autre message sur l’écran. Je le  laisse un moment souffler en le scrutant encore une fois. Je l’ouvre pour lire son contenu : «  Bonjour,  Kamel «  Avec  autant  de politesse, une manière de respecter autrui. A la maison, je m’encadre de ce seul moyen, vivant ma pleine solitude, réanimant mon esprit à l’aide d’un monde, je dirais irréel mais leur présence est là, devant moi  par ces mots qui parlent ,qui bougent qui nous donnent l’envie de partager leurs sentiments les plus profonds. Et la vie renaît de ses cendres, m’accordant légitimement cet espoir de vivre de nouveau, avec les miens ou les traditions sont hautement valorisées, mais aussi avec  des   gens   qui   vous   illuminent  et  vous  alimentent  l’esprit.   Un conditionnement de l’être humain presque parfait, par sa différence,  façonne un mode de  vie  particulier.  De  messages  en  messages,  je  prends   le  soin  de  m’auto- évaluer  en  acceptant  leur  critique  de  façon  à  améliorer  ma  syntaxe approximative. Oniris vient de  me donner une impulsion nouvelle à la production de la pensée.

kamel 25
Modérateur
Modérateur

Messages : 349
Date d'inscription : 11/04/2013
Localisation : Tiaret

Revenir en haut Aller en bas

Le retraité"novice"

Message par kamel 25 le Dim 20 Juil - 5:58

  Le départ du retraité
A la suite d’un arrêt spontané dû à ma retraite (n’ayant pas le droit de reprendre la fonction) et au lendemain de mon départ  en cette date  qui correspond à celle de mon «  anniversaire» j’ai eu le sentiment de laisser un héritage derrière moi dans ce collège dénommé Hadef Benyamina ; nettement observable par la présence des élèves qui manifestent un très grand intérêt au savoir avec un niveau acceptable dans la mesure où ils parviennent à s’intégrer peu à peu aux différentes disciplines. Ce postulat est déterminé réellement sur place grâce à l’apport constant des professeurs faisant ainsi appel à leurs connaissances déjà acquises ultérieurement. En effet ; l’on assiste à une confrontation d’un échange communicatif qui s’insère généralement dans le dialogue à même de concevoir des réactions positives dans ce domaine. Cette coopération provoque un esprit de groupe dans un milieu éducatif où l’individualité demeure de nos jours non bénéfique et contradictoire à des actions objectives et distantes qui demandent une réflexion partagée. Bien souvent, cette particularité d’esprit note parfois le repli sur soi  à la recherche de soi-même pour une meilleure identification de sa personnalité vis-à-vis de l’homogénéité du groupe  qui satisfait grandement à l’établissement d’un comportement conforme aux normes de la société. On éprouve ce grand besoin d’aborder autrui avec une certaine confiance d’où l’effet psychologique est demandé sans cesse. Cette nostalgie est purement ressentie par d’innombrables enseignants qui ont certainement eu le privilège de passer dans cet établissement où jaillit fermement le plaisir de revivre cette réalité avec une certaine certitude de marquer son temps. Tant d’autres  étaient absolument dans l’inconscient voire même l’imagination de recommencer cette étape à l’âge de la retraite. Cet état de fait logiquement inéluctable ; constaté donc réel. La relation des uns et des autres joue un rôle important dans la formation d’un esprit de groupe ayant pour objectif la transmission d’un savoir outré d’un savoir-faire recherché. L’atmosphère étant primordiale dans un milieu favorable où se croisent les divers points de convergence centralisés vers un même thème. D’une part ; l’apport bénéfique du premier responsable favorise  toute situation donnée à la récurrence des leçons de soutien. Tout individu  désire élever son niveau afin de se situer dans l’avenir en accordant plus de temps au temps perdu des années antérieures pour pouvoir le gagner avec assiduité. Ce genre de réflexions est soumis à la transgression de toutes les éventualités passées dans le but d’avoir la conviction d’aller loin, une liberté de l’esprit en vue d’approfondir ses connaissances. Ce besoin s’insère dans la soif du savoir voulu en adaptant diverses compétences à partir du pouvoir-faire et du vouloir-faire sachant que tout être humain est soumis à un développement intellectuel constant et sans relâche afin de s’intégrer parfaitement à l’innovation demandée. Les jeunes professeurs motivés par l’expérience des autres bénéficient du jour au lendemain de nouvelles acquisitions pour améliorer leur savoir-faire quand ils requièrent cet avantage consciemment et d’en profiter le plus possible dans l’aménagement de limer ; de frotter leur cervelle contre celle d’autrui. Les connaissances par expérience ne suffisent pas quand l’enseignant lui-même est appelé à renfrogner son savoir au niveau de la classe sans  penser au devenir de l’enfant qui demande inlassablement son soutien. Toute sollicitation est enregistrée ou emmagasinée par l’enfant consciemment  d’un comportement soumis volontairement de tout acte verbal positif que négatif dans la traduction d’un autre comportement semblable  de celui  qui le transmet. Cette position doit faire l’objet d’une étude comparative entre le choix d’un modèle de l’enfant de demain qui prendra la relève et celui autour duquel s’insère seulement une adaptation scolaire appelée à disparaître dans le temps.   Arriver à décoder un enfant c’est jouir largement d’une compétence qui admet une pédagogie  psychologique et comportementale dans la compréhension de sa posture. Nous assistons donc à un phénomène de rénovation de notre vision appelée « le changement de la pensée ancestrale  par rapport à tout environnement nouveau » qui se veut être réel c’est –à-dire vivre son temps puisque la compréhension de demain passe par la négation d’aujourd’hui. Les jeunes comme les vieux se démarquent chacun de son coté par un savoir enfoui, optant ainsi leur position de travail continuel pour conduire l’enfant à prendre acte des données présentées pendant les cours dans la manière d’enseigner non pas le savoir institutionnel basé sur des réformes pédagogiques mais uniquement celui d’un comportement identique de celui qui enseigne c’est-à-dire de l’enseignant avec tout son paradoxe naturel vices et vertus à la fois. L’adaptation des apprenants aux environs nouveaux requiert des aptitudes certains dans la manière de se voir préparés à  l’intégration presque partielle dans un monde différent où jouit la compétence de chacun des deux antagonistes dans le transfert du savoir demandé et dans la résolution totale d’accès à la réception d’écoute. Le besoin d’un support pédagogique est exceptionnellement conseillé  à toute discipline en vue de parfaire un enseignement efficace pour   prescrire des  théories fondamentales qui prendront  plus tard des normes dans la société moderne envisagée et appréciée par l’homme de demain. Ce genre de réflexion donne la possibilité aux plus jeunes l’exploitation d’un raisonnement logique des faits par rapport à des situations concrètes, vécues quotidiennement et à satisfaire ce manque auquel nous aspirons.  La prise de position négative rompt catégoriquement toute initiative, sensée se développer  avec l’emploi de la notion du temps qui laisse quasiment l’apprenant à discriminer son enseignement à partir de son auto évaluation continuelle en fonction de la répartition des erreurs commises durant le parcours scolaire, je dirai  un travail sans relâche qui sera pleinement récompensé en fin d’année. Une joie et quelle joie que de vouloir s’aligner avec  les « meilleurs » élèves en recherchant sans cesse les issues qui vous amènent au succès…Aimer pour être aimé, mon départ en ce lieu a été une marque à l’ensemble du village en voyant pour la première fois une image certes inoubliable de celle d’un retraité accompagné par ses élèves jusqu’à l’agence, un croisement de chemin où je devais regagner mon domicile, ce n’était qu’un au revoir non pas un adieu…………………….

kamel 25
Modérateur
Modérateur

Messages : 349
Date d'inscription : 11/04/2013
Localisation : Tiaret

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retraité "novice"

Message par kamel 25 le Mar 9 Sep - 15:44

L’invitation
Grace à cette prise de conscience de la part des responsables qui pratiquent une pédagogie de soutien aux professeurs.  Ces derniers  méritent d’emblée leur confiance à la titularisation pour qu’ils puissent étaler leurs recherches les plus approfondies dans leurs travaux quotidiens, au lieu d’accroître leurs mécontentements uniquement sur l’échec. Cette journée favorable s’avère pour eux le point de départ  vers de nouveaux horizons jusque-là ignorés dans un savoir enfoui depuis des siècles et à l’amélioration de leur produit d’une façon à rendre facile les objectifs définis par l’institution. Ensuite l’effet fondamental c’est la réussite des deux partenaires pour une interaction bénéfique en classe qui exige l’apport de M. le Directeur dans une atmosphère pédagogique demandée. Enfin ; la grande satisfaction est celle d’un retraité   parmi eux comme à l’accoutumé pour appuyer encore fois le rôle de l’éducateur en déterminant ainsi une position positive au niveau de cette noble fonction.  Mr le Directeur a sans doute été le médiateur de cette ultime occasion pour le bienfait  de la réussite des professeurs qui ont su traduire un comportement exemplaire  à ce  succès. Bien souvent, la réalité est amère et difficile à accepter dans un pareil cas ou la logique met en valeur les jeunes diplômés en fonction. De nos jours la meilleure solution c’est se résigner de son sort malgré l’insertion dans ce nouveau corps légitime.  Cependant, ma grande satisfaction est tout-à-fait autre ; celle d’avoir connu des gens qui font partie de moi-même. Ils  partagent non seulement  mes  sentiments mais encore le vain regret d’être parmi eux comme à l’accoutumé.   Je sollicite de tout mon cœur mes collègues  ici présents qui n’ont pas manqué à leur tour de me présenter leur soutien moral quant à mon départ précipité et brusque à la fois. Aussi ; il était préférable de confronter cette réalité qui était pour moi un rêve. Une vraie découverte de la relation humaine qui s’élargit à travers notre existence ou réside le langage formel traduit par nos cœurs. L’histoire, comme Mr Mnaouar devenu actuellement directeur  l’a souvent dit, inscrira ces  moments  rares   dans le CEM  dans la transmission  d’un savoir comparable à celui d’un ancien combattant du Moyen-Orient dans un dessein visé ; celui de la liberté des peuples opprimés. Je mets en valeur  surtout mes élèves de la 4/3 ; la 1/6 et la 1/1 qui profondément émus de cette séparation n’ont pas manqué de me montrer leur sympathie et leur désir partagés.   Ce vif accueil revêt la qualité d’honorables bonnes gens à travers la connaissance de l’être surtout celle de l’innocence des enfants  qui traduisent leur jouissance par ce geste symbolique à l’égard d’un paradoxe constant de l’ignorance des autres dans ces moments décisifs. A travers eux ; je prie Dieu le tout-puissant de sauvegarder ces jeunes et de les guider dans le bon chemin du savoir et à tout le personnel du CEM sans oublier Mr le Directeur à qui je tiens à présenter mes remerciements les plus vifs et les plus profonds. Ce vif regret s’inscrira dans ces pages pour le bienfait des jeunes qui peut-être saisiront le sens de la vie d’un fonctionnaire en retraite, parti aussitôt pour reprendre ensuite la craie, le seul métier exercé pendant une carrière où se joue à jamais la conscience professionnelle. Un atout majeur qui devrait être transmis à toutes les générations futures de façon à suivre le bon  chemin. Dans ce contexte, une réception à mon honneur était établie pour montrer une révélation d’un homme de métier, sans erreur et sans faute à jouer le rôle de l’éducateur à cet âge. On ne peut que le prendre comme modèle à l’inverse de ceux qui marchent éternellement à tâtons. Heureusement que la révélation est large de sens  dans un cadre à prendre en charge toute l’humanité, elle nous offre bien des possibilités d’élucider, d’orienter, d’opter et de décider.  Bien que cet état n’est que temporaire dans une visée éducative, elle  n’est apparue que dans des événements bien déterminées  de ceux d’un retraité qui tend à modifier  des  situations semble-t-il négatives vers une fin contre nature. De plus, cette cérémonie était nécessaire dans le but d’éclairer ce monde presque aveugle. De l’isolement à la fonction, un choix difficile mais réalisable, puisque cela reviendrait à créer son propre monde, altérant tout ce qui nuit en refaçonnant tout ce qui est utile ; une image de l’être humain  capable de supporter toutes les tentations de la vie et de ses imprudences, capable de surpasser ses propres limites. Une fête, élèves et professeurs étaient présents afin de souligner leur participation à ce grand départ. Des larmes aux yeux de ceux et celles qui voyaient cette scène, je reviendrai, je reviendrai  leur disais-je pour leur témoigner ma gratitude, en sortant, tous mes élèves de la 4eme année m’accompagnèrent jusqu’à l’agence où j’ai pris définitivement le départ vers d’autres horizons. Une telle satisfaction ressentie à Ouled-Djerad   a crée en moi une  joie extrême que je ne peux oublier. Cela reviendrait à dire une vraie découverte d’un  monde nouveau. Dès lors, je me suis fait une  réputation dans tous les lieux et en particulier  mon village Médrissa  avec le reste de toute la wilaya, en maintenant le rythme de l’ex. Instituteur contre vents et marées, la joie de sentir ces métamorphoses inattendues  à cet âge. La mise à jour était certaine d’année en année, les lycées m’ouvrent leurs  portes toute grandes  en ce sens. Des idées nouvelles de l’homme de métier prennent logiquement de l’ampleur et seraient à la base de tout changement au niveau du comportement de l’apprenant et parfois cette distinction est observable : «  Madrassa  tamchi » c’est-à-dire : Une école qui marche, sans peur et sans reproche, un principe de l’éducateur qui continue à œuvrer dans le bon sens.

kamel 25
Modérateur
Modérateur

Messages : 349
Date d'inscription : 11/04/2013
Localisation : Tiaret

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retraité "novice"

Message par kamel 25 le Mer 8 Oct - 22:57

Un comportement distinct.
 Après avoir cédé ma place à un collègue jeune de par son âge, j’ai rejoins mon village  pour profiter de ma  retraite en ce lieu. Evidemment, j’étais satisfait d’avoir été entouré par des gens aimables, vraiment touché de leur bonne  attitude et de leur comportement exemplaire, des moments certes inoubliables ont été inscrits dans ma mémoire. C’est vous dire à combien le monde reste à découvrir, une fois pris conscience que ce monde ne faisait pas partie de mon monde, l’on s’insère dans un milieu  autre que le sien à vivre une réalité qui n’était autrefois qu’un rêve. En effet, semer la bonne parole chez les musulmans est un acte de bonne foi qui traduit essentiellement la paix, la sérénité, la mise en confiance de chacun à posséder l’autre dans la relation des êtres humains. Cet acte a néanmoins créé chez tous mes élèves la bonne foi de m’interpeler encore une fois pour assister à la cérémonie en ma faveur, une réception de mon passage dans cet établissement était une marque de celle d’un retraité au travail, récompensé à juste titre par la présence de tous les collègues et par Mr le Directeur à son tour. Les élèves ont toutefois clôturé cette cérémonie par des chants en Arabe et en Français, par la prise des photos en souvenir à cette occasion. Il me semble que mon passage  a traduit un comportement distinct auquel les  gens vont revoir de nouveau la vie sous un autre angle. Et je dirais aussi que l’esprit des gens est fortement tourné vers tout ce qui est matériel   en dépit de celui de nos enfants qui nécessitent un soutien considérable. Je tiens de tout mon cœur à  féliciter mes élèves d’avoir entrepris une telle initiative, d’avoir compris à travers moi que ce monde est le leur, de diriger leur attention vers le savoir qui leur offre de belles perspectives  dans des horizons lointains ,un avenir certes prospère de tout éducateur qui a pour vocation d’instruire les enfants, vous maintenant prenez votre temps à introduire ce rôle durant votre passage et d’en faire autant à diffuser le savoir, de relever tout haut l’esprit vers le bon ,le juste et de l’acheminer vers de tout ce qui est profond en nous ………la conscience……………………………

kamel 25
Modérateur
Modérateur

Messages : 349
Date d'inscription : 11/04/2013
Localisation : Tiaret

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retraité "novice"

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum