Profs de français en Algérie
Bonjour et bienvenue!
Si vous venez de vous inscrire, merci de vous présenter succinctement dans la section prévue à cet effet. (Section "Bienvenue à vous" en haut de la page d'accueil)
http://prof-de-francais.forumactif.com/f11-bienvenue-a-vous

Par égard aux collègues qui dépensent du temps pour garder vivant le présent site, veuillez avoir l'amabilité d'annoncer votre prénom et votre lieu d'exercice, ainsi que votre wilaya de résidence.

Merci!

PS: Sans un post de votre part, votre compte sera désactivé automatiquement au bout d'un mois.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest


Textes supports pour la dictée(1):

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Textes supports pour la dictée(1):

Message par sellami kamel le Lun 2 Sep - 23:25

UN POISSON FABULEUX

Lentement, régulièrement, la ligne montait; soudain, la mer se souleva en avant de la barque et le poisson apparut. Il n'en finissait pas de sortir; l’eau ruisselait le long de ses flancs; il étincelait dans la lumière; sa tête et son dos étaient violet foncé, il avait un nez très long et pointu, aussi long qu'une batte de base-ball. Le poison sortit de l'eau tout entier, puis avec l'aisance d'un bon nageur replongea très vite.

                                                             E. HEMINGWAY (Le vieil homme et la mer)


 

L'ORAGE

Quand nous quittâmes l'auberge d'en haut, les nuages étaient au dessus de nous. Quelques sapins les dépassaient du fait. Mais pendant que nous  descendions, nous entrions vraiment dans le vent,

Dans la grêle, dans la pluie. Tout près de nous un sapin roula foudroyé. Et au moment où nous dégringolions un petit chemin, nous vîmes un groupe de petites filles abrité dans un creux de rocher.

     D’A. Daudet « Les contes du Lundi »


 

LE KON-TIKI

Je prenais un petit bain rafraîchissant à l'avant du radeau, quand j'aperçus soudain un gros poisson brun d'environ trois mètres de long qui avançait vers moi dans l'eau cristalline. Je sautai vivement sur le radeau, pris un harpon et l'attendis de pied ferme.

                                                                            Thor HAYERDAHL (Le Kon-Tiki)


 

LES CHASSEURS DE LA TRIBU.

Kocumbo et ses chiens avançaient dans les broussailles, son corps ruisselait de rosée.

Dès que la vraie brousse se fit sentir,  avec ses bosquets et ses fourrés inextricable, les chiens prirent les devants: Tout-à-coup,  le plus grand,  le plus efflanqué s'arrêta. Il flaira une piste. A toute vitesse,  il revint près de son maître, fit trois fois le tour de celui-ci sans cesser de remuer sa petite queue puis posa ses pattes sur les genoux du jeune homme, lui donna deux coups de langue sur la cuisse et courut retrouver la piste. Les deux autres le rejoignirent et ils se mirent tout les trois à inspecter la trace. Kocumbo reconnut le passage tout frais des sangliers.

                                                                                              Camara LAYE


sellami kamel
Formateur

Wilaya d'exercice : Batna
Messages : 2972
Date d'inscription : 30/03/2013
Localisation : Barika(Batna)

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum